Le Garçon en pyjama rayé

pyjamaLe Garçon en pyjama rayé de John Boyne chez folio junior

Vous ne savez pas quoi lire, vous n’avez pas le temps de vous plonger dans un pavé mais voulez quand même un livre profond: alors il vous suffit de lire Le Garçon en pyjama rayé. C’est tout simplement grandiose.

C’est l’histoire d’un petit garçon Bruno, qui vit du "bon" coté.

C’est l’histoire d’une amitié qui dérange et qui bouscule l’ordre établit.

Mais c’est surtout l’histoire de l’Histoire, l’histoire de vies bouleversées, l’histoire d’un enfant au pyjama rayé.

Je pourrais m’arrêter là. Je pourrais faire comme la quatrième de couverture et ne rien raconter mais ce livre me donnes envie de parler et de raconter justement.

Bruno, neuf ans, naïf, curieux, sensible, est fils de commandant nazi. Tout lui sourit jusqu’au jour où sa vie bascule: il déménage. Mais pas n’importe où, vous vous en doutez bien. Il déménage juste en face du camp de "Hoche-vite" (vous comprendrez en lisant le livre ;) ) A coté de Berlin, ces vastes terres vides et désolées semblent bien tristes. Surtout quand on a comme voisins des individus tous habillés de la même façon, qui se comportent bizarrement et qui habitent dans une sorte d’enclos.

C’est justement Bruno qui va les découvrir en premier. Du haut de sa fenêtre, il n’en reviens pas. Il va donc partir à la découverte de ces lieux inconnus en sachant pertinemment qu’on lui a strictement interdit de s’en approcher. Malgré les interdictions parentales, il va parcourir ce long chemin en suivant les barbelés. Une découverte surprenante va s’offrir à lui, une surprise de taille pour un petit garçon comme Bruno: un ami. Il rencontre Schmuel, petit polonais de neuf ans également, prisonnier du camp.

A partir de cette rencontre, s’établit une liaison unique entre eux, un lien qui jamais ne se brisera: à la vie, à la mort. Pendant environ une année, les deux enfants vont se rencontrer régulièrement, chacun d’un coté du grillage, pour se parler de leur vie mais surtout pour tenter de comprendre pourquoi. Pourquoi ils ne peuvent jouer ensemble, pourquoi Schmuel porte ce pyjama rayé et ce bonnet bizarre, pourquoi il ne peut venir avec Bruno et pourquoi il est si maigre et mal en poing. Bruno va beaucoup apprendre de ce jeune garçon triste et sans avenir. Entre sa famille, droite et très stricte, les "amis" de son père, méchants et sans compassion, les mystères qui rôdent autour de ces soit disant serviteurs qui vivent chez lui et ne cessent de chuchoter, Bruno est remplit de questions sans réponses. Mais sa curiosité va lui jouer des tours, et de très graves pour lui comme pour son ami.

Ce livre est bouleversant, touchant et grave. C’est au travers du regard sans cesse en ébullition d’un jeune garçon que l’on voit les horreurs de la guerre et de l’âme humaine. Il ne comprend pas ce qui se passe et ne réalise pas la gravité des faits. Heureusement pour lui je dirais. Même si son ami lui donne tout un tas d’indications sur sa vie au camp, Bruno ne se mets pas à sa place et ne voit pas pourquoi Schmuel n’a pas le droit de manger, ni de se laver. Il voit avec son regard d’enfant qui ne manque de rien et croit dur comme fer qu’un autre monde vit de l’autre coté du barbelé, un monde de joie et d’hommes heureux. Sa désillusion sera fatale. La fin est surprenante et en même temps tellement attendue. L’amitié qui les lie est tellement forte, et Bruno est tellement curieux. Schmuel devient tout pour lui, jusqu’au bout.

C’est un livre génial, très rapide à lire, qui permet de parler d’un sujet grave d’une manière simple et douce. D’une sensibilité exacerbée, Boyne met son lecteur face à l’impensable de manière subtil. Rien n’est vraiment dit. Mais c’est grâce aux visions des enfants et à leur tournure d’esprit que nous accédons à l’histoire et à la douceur de l’écriture. Ses procédés de diversion je dirais, font d’un sujet terrible, une fable humaine très sensible. Les mots dont la connotation est rude sont modifiés par l’incompréhension des enfants: Führer devient Fourreur et Auschwitz devient Hoche-vite. C’est tout simplement génial! Sauf qu’au début je me demandais bien qui pouvait être le fourreur! Mais passons. Bref, tout est fait pour que le lecteur, jeune ou moins jeune, soit propulsé directement dans cette période de l’Histoire sans être trop brusqué. C’est parfait.

La dernière phrase de la quatrième de couverture qui laisse réfléchir:

Et c’est ainsi que se termine l’histoire de Bruno et de sa famille. Tout cela s’est passé il y a fort longtemps, bien sûr, et rien de semblable ne pourrait plus jamais arriver.

Pas de nos jours.

~ par benebonnou le 22/10/2009.

28 Réponses to “Le Garçon en pyjama rayé”

  1. Ma LAL explose à chaque fois que je passe sur ton blog ;) mais j’adore ça !!!

  2. Alice me l’a envoyé il y a peu, je le lirai très bientôt. j’ai vraiment envie de découvrir cette histoire.

  3. Je l’ai lu récemment et j’ai bcp apprécié également.

  4. Terrible… Un live de plus qui va s’insérer dans ma pal ! Oui, tu m’as donné envie de lire ce roman !

    • Je suis contente de te donner envie de le lire. Tu verras c’est très touchant et subtil.

  5. tu sais que c’est un de mes livres préférés ???
    En fait je l’ai lu il y a plusieurs années, en vo figure toi ;-), acheté chez smith parce que la 4è de couverture ne disait rien ou presque. Je ne savais rien du tout donc. Et honnêtement j’ai compris très tard de quoi il retournait parce que même si le nom de "hoche-vite" est le même dans toutes les langes, il utilisait un mot en anglais qui ne rendait pas la chose évidente…
    Bref.
    Et puis chez Smith ce n’était pas du tout classé en jeunesse alors le jour où j’ai voulu l’acheter pour l’offrir, en français donc, tu n’imagines même pas à quel point j’ai été bouleversée de voir que c’était classée en jeunesse !
    Mais à l’époque je ne connaissais pas du tout la lecture jeunesse, maintenant je comprends mieux.
    Bref je te raconte ma vie tout ça pour dire que ce bouquin est en effet extraordinaire. Il fait partie des livres qui resteront toujours dans ma bibliothèque !

    • je vais essayer de trouver une belle édition de ce roman parce qu’il est trop beau. j’ai été tellement touchée que je m’en souviendrais longtemps je crois.

  6. J’avais hésité à le lire en son temps et finalement ce fut une bonne surprise.

  7. Whaou ! ça a l’air d’être un livre très fort ! je le note !

  8. Oui, il doit être très bien.

  9. Sur ma PAL également, j’ai hâte!

  10. Ce livre a l’air incroyable! Ton post me donne terriblement envie de le lire – Je pense qu’il ressortira sous mon bras après mon prochain passage chez le libraire!

  11. Je l’ai beaucoup aimé, ce livre… je sais qu’il y a eu toute une polémique dessus mais moi, ça m’a plu!! Très touchant.

  12. il est super, mon avis demain sur mon blog!

  13. Je ne connaissais pas, je le note pour ne pas l’oublier mais pour le moment je fais un break avec les lectures sur la guerre et la déportation ;-)

    • je comprends, c’est pas franchement ce qu’il y a de plus tripant! mais quand l’écriture vaut ce thème, ça donne des romans rares et très puissant émotionnellement: celui-ci en fait parti!

  14. Une amie prof me l’a chaudement recommandé. Elle l’a fait lire à sa classe. Comme le thème m’intéresse, je renote!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d bloggers like this: