MOBYLIVRES

Mieux vaut lire tard que jamais

Montedidio

Montedidio de Erri De Luca chez Gallimard

Montedidio, quartier populaire de Naples où la vie se fait douce.

Dans l’après-guerre, tout est bon à raconter pour montrer la vie, la vraie. C’est ce que fait le narrateur, jeune garçon de treize ans. Il nous parle, à nous inconnu comme s’il nous croisait au coin du café et qu’il voulait nous faire connaitre toute sa vie pour que nous puissions, à notre tour, la raconter.

Il se dégage de Montedidio une oralité que je n’avais pas lu depuis longtemps. Il s’agit d’une tranche de vie, d’épisodes courts, concis, qui racontent une histoire.

Apprenti menuisier, ce jeune homme sensible évolue dans une famille modeste dont la mère est malade, d’un mal indéfini, presque mystérieux. Cette famille parle napolitain mais le narrateur s’efforce de retranscrire ses idées, ses pensées, ses moments volés de sa vie en italien. Des termes, des expressions émergent comme ça, sortis de nul part dans la langue du narrateur. Ça surprend et nous ancre encore plus dans cette intimité partagée.

C’est avec de très brefs chapitres que le narrateur nous fait entrer dans sa jeunesse, son enfance et nous présente une communauté touchante avec une histoire particulière pour chacun des personnages. Leur différence crée cette harmonie, le narrateur aime parler de tous ces individus, voisins, bien-aimée, parents, collègues.

De ses premiers émois à ses doutes, de ses pertes à ses espérances, le narrateur nous plonge dans Montedidio de façon douce et tranquille. On savoure et déguste ces phrases courtes et franches, marque de fabrique de Erri De Luca. Ça glisse sur nous comme de l’eau tellement cette écriture est naturelle, fluide, d’où ma comparaison avec l’oralité. Pour moi, c’est un texte qui doit être lu à voix haute.

Récit initiatique qui nous entraine dans le pittoresque d’un quartier napolitain aux personnages touchants et vrais, Montedidio est une découverte majeure pour moi dans la littérature italienne.

About these ads

5 commentaires sur “Montedidio

  1. Fantasio
    05/07/2010

    C’est en effet un roman très poétique tout en restant réaliste. Il peut même parfois frôler le fantastique ou plutôt l’onirisme et le merveilleux. Ce livre admirablement écrit est d’une intense sensibilité, bénéficie de touches d’humours bienvenues et se révèle d’une lecture agréable. Un livre bourré d’anecdotes et qui se révèle une lecture passionnante. J’ai été séduit moi aussi par cet écrivain et je compte bien lire d’autres ouvrages de lui.

    • benebonnou
      05/07/2010

      Nous sommes d’accord! As tu lu Le Jour avant le Bonheur? C’est dans la même veine.

      • Fantasio
        07/07/2010

        Non mais je vais me renseigner….

  2. Guillome
    09/07/2010

    j’ai entre les mains le dernier roman de Erri De Luca que je m’apprête à lire. la 4ème de couv mentionne que le roman est dans la même veine que Montedidio. Ton commentaire donne envie. Je devrais me régaler. Et pour moi ça sera la découverte de cet écrivain !

    • benebonnou
      09/07/2010

      J’espère que tu ne seras pas déçu. Je l’ai lu et mon article ne serai tarder.J’ai beaucoup aimé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 04/07/2010 par dans Littérature Italienne.
%d bloggers like this: