Et que le vaste monde pousuive sa course folle

ColumEt que le vaste monde poursuive sa course folle de ColumMcCann

Et voici le dernier Colum McCann, c’est par lui que je débute mes lectures de la rentrée littéraire. Sans hésiter je voulais commencer par celui-ci car trop attendu. Je n’ai pas été déçue. C’est du pur McCann!

Tout commence par un événement majeur qui touchera beaucoup de New Yorkais: Philippe Petit, funambule, traverse sur un câble tendu l’espace qui sépare les deux tours du World Trace Center, en août 1974. Cette traversée vertigineuse va modifier l’instant présent et surtout être le point de départ d’un roman foisonnant et intimiste sur la vie et le quotidien plus ou moins difficile à vivre de plusieurs personnages atypiques. Cet événement donne le ton. Il parait anodin mais il présente et résume les histoires qui suivent: fragiles, tangibles, originales et profondes. C’est plus un prétexte même, qu’un point de départ. Ces histoires vont se suivre dans l’émotion toujours délicate et cruelle, sensible et touchante que McCann arrive toujours à nous donner. Dans des termes, des importances et des styles différents, l’essentiel est présent quoiqu’on en dise: l’émotion, plus ou moins poignante mais à l’évidence carrément imposante. Colum McCann nous montre l’homme dans tout ce qu’il y a de plus vrai, de plus humain, dans toutes les situations de la vie. Le combat quotidien devient évident et le lecteur s’identifie forcément à un des personnages. Nous allons donc rencontrer:

Corrigan, prêtre irlandais, qui dès son adolescence vient en aide aux plus démunis, quitte à s’oublier lui-même. Ciaran, son frère, qui tente de comprendre le comportement de Corrigan et ses motivations. C’est aussi le narrateur du début du roman. Adelita, dont Ciaran tombe amoureux. Tillie et Jazzlyn, prostituées de mère en fille, des caractères bien mordants. Claire, bourgeoise, dont le fils n’est pas revenu du Vietnam. Lara et Blaine, artistes, qui rencontreront Corrigan et Jazzlyn.

Vous l’aurez compris tous ces personnages aussi différents les uns que les autres vont, au détour de leur vie respective se rencontrer plus ou moins directement. Nous sommes totalement spectateurs de leur vie décousues par souhait ou par fatalité. On peut se sentir perdu nous même au bout d’un moment à force de tristesse et de paradis perdu. Mais l’époque des années 70 à New-York, la fin de l’ère hippie et la guerre au Vietnam, joue énormément sur le tempérament des personnages et McCann le retranscrit admirablement. Période de confusion et de perte de repère, ces vies reliées entre elles malgré elles parfois, nous perturbent tout autant qu’elles nous touchent. Nous ne sommes pas indifférents au quotidien plutôt difficile de ces hommes et femmes.

Au travers de l’évenement initial et tout le long du livre grâce aux vies morcelées des personnages, McCann nous montre une vision de New-York, une prévisualisation du 11 septembre et du chaos qui suivra. Le titre est parfaitement choisit, Et que le vaste monde poursuive sa course folle. Malgré des évènements comme un funambule fou au dessus du vide urbain, des vies de prostituées, des pertes de repères extrèmes, la guerre et ses tragédies, laVie continue et le monde continue de tourner. Rien ne s’arrète malgré toutes les horreurs ou les joies du monde. La course folle du monde est inaltérable et chacun revient tant bien que mal dans un quotidien qu’il tente de mettre à profit.

Ce roman est une ode à la vie pour moi, une façon de bousculer la vie et les gens pour toujours avancer et ne jamais s’arréter. Si tu t’arrètes, tu es mort.

Magnifique, bouleversant, humain: très très grand auteur. Merci Colum McCann!

Publicités


Catégories :L. Irlandaise, LECTURES

25 réponses

  1. Je ne lis pas ton billet jusqu’au bout parce que ce livre est juste en face de moi sur l’étagère, il m’attend, et bien que je n’aie jamais lu cet auteur, il me tente beaucoup.

  2. TU donnes très envie de le lire, mais la pluie (et un zeste de raison) m’empêche de me précipiter à la librairie !

  3. Très tentant en effet ! Mais je ne connais pas cet auteur : par lequel devrais-je commencer ?

    • Tu peux commencer par celui-ci si tu veux. Sinon en poche tu trouveras Zoli, c’est avec lui que j’ai découvert cet auteur. C’est tout aussi magnifique et ça tourne autour de la vie trébuchante d’une femme tsigane qui part en quête d’elle même. Essaie aussi Danseur, le monde de la danse te prendra aux tripes c’est certain, il s’agit d’une biographie romancée et c’est très sensible. A toi de voir!!!! et bonne lecture!!

  4. Un très bon roman de rentrée alors. Je n’ai jamais lu cet auteur, j’ai envie de commencer par « les saisons de la nuit ».

  5. Je ne l’ai jamais lu, mais tu sais donner envie !

  6. Je ne lis pas ce billet car je vais le lire très très bientôt ! 😉

  7. Coucou,
    Enfin, je prends le temps de m’attarder sur ton blog, j’attendais ton post sur ce titre, je l’ai pris pour mes vacances et tu me donne encore plus envie de le lire!!!!
    Bon courage pour la suite
    Bonne journée

    • Je suis ravie que mon article te plaise. Tu me diras ce que tu as pensé de ce livre. Passe d’excellentes vacances, repose toi bien et à très bientôt!!

  8. J’ai noté « Danseur » depuis longtemps dans ma LAL et pourtant je n’ai encore jamais lu cet auteur ! Je ne lis pourtant que du positif à son sujet !

  9. Je ne connais pas encore cet auteur, mais ton billet donne envie !

  10. je le note, il me permettra de découvrir un nouvel auteur!

  11. Je n’ai jamais lu cet auteur. D’après ton billet, il semblerait que ce soit un bon titre pour commencer.

  12. J’ai beaucoup aimé Zoli.

  13. Très bon billet… qui correspond parfaitement au livre… un écrivain splendide comme l’Irlande en compte beaucoup…

  14. Ton billet me fait envie ! Je n’ai jamais rien lu de cet auteur… Il faudrait peut-être que je me décide ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :