La Faim

la faimLa Faim de Knut Hamsun chez Biblio roman

Roman publié en 1890 pour la première fois, La Faim est considéré comme le roman le plus connu et le plus aboutit de cet auteur norvégien.

Il s’agit d’un roman quasi autobiographique où Hamsun nous raconte l’histoire accrocheuse d’un écrivain-journaliste tentant de survivre. En effet, malgré quelques textes et articles qu’il propose à son rédacteur en chef, son gain n’est jamais mirobolant si bien que cela ne lui permet de subsister que quelques jours. Dans l’attente permanente d’une nouvelle inspiration, notre bonhomme dépérit doucement dans son corps et sa tête. Nous suivons sa décrépitude, sa déchéance tous les jours plus ou moins agréable. Il alterne entre folie douce et crises de panique, accès de colère aux dépens de tout et personne, excès de joie inexpliqué. Sa paranoïa ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que son corps devient fatigué et usé. La faim lui monte au cerveau. Ne pouvant plus payé son loyer, il décide, de lui même, d’errer dans les rues. Entre un retour discret dans sa chambre et des nuits frigorifiques sur un banc ou dans les bois, il perd peu à peu pied. Son imagination lui joue des tours et son environnement devient pure hallucination. Il trouvera le moyen de se libérer de son errance, sans domicile ni ressource: partir.

C’est avec ce roman étrange que je découvre cet auteur. Cette lecture laisse un goût amer. Sur fond de folie personnelle, nous sommes littéralement embarquer aux cotés de cet homme à qui la chance a tourné le dos. D’une écriture simple et fluide, les moments difficiles et oniriques sont parfaitement décrit. Sans utiliser le point de vue du tragique ou du pathétique, Hamsun nous trimballe dans la lente décrépitude physique et psychologique d’un homme normal. Nous pouvons très vite nous identifier et l’intimité qui ressort du texte en est renforcée.

Plus que la solitude, le manque de moyens et de logis, l’ennemi numéro un du héros est lui-même. Malgré ces manigances, ses luttes désespérées pour s’en sortir, il n’échappera jamais à sa folie. Elle émane de lui, se nourrit de lui. Il la fait grandir à son insu. Son esprit embrouillé va donc devenir son pire cauchemar par moment mais aussi son meilleur ami. Centré uniquement sur ce personnage, l’auteur amplifie ce sentiment d’étouffement et de non-retour. L’écriture et le déroulement des évènements (pas extravagants non plus), renforcent encore plus cette idée. Ça va vite, trop vite. La faim détruit insidieusement la rationalité.

Véritable huis-clos centré sur la faim et la misère d’un seul homme, tant par le fond que la forme, cette concentration de difficultés et de folie laisse une trace après la lecture. Beaucoup de lecteurs disent avoir été profondément marqué par ce roman. Peut être pas à ce point mais j’ai été très touchée et particulièrement étonnée par la qualité et l’originalité du texte. Effectivement, c’est très percutant, peut être même dérangeant. Dans tout les cas, c’est un excellent livre, très fort, très bien construit et impressionnant.

Publicités


Catégories :L. Norvégienne, LECTURES

14 réponses

  1. Oh celui-là il me le faut, j’adore les histoires sur les écrivains et la difficulté de ce métier!

  2. Un petit challenge à découvrir sur mon blog 😉

  3. Ce livre est un chef d’oeuvre. Il m’a vraiment marqué. Du même écrivain j’ai lu aussi « Pan » qui s’il n’atteint pas les sommets de « La Faim » est un livre admirable aussi. Je te le conseille.

  4. J’avais déjà noté ce livre dans ma LAL. Merci pour ton billet qui me rappelle qu’il faut que je m’y mette bientôt.

  5. et tu en es ressorti affamée ou pas? 🙂

  6. Je garde un grand souvenir de ce bouquin, où il n’y a rien à rajouter, rien à retrancher. Tout est à sa place. Du même auteur, « Pan » vaut aussi le détour, dans un genre différent.

    • j’ai bien envie de me lancer dans Pan aussi! je suis d’accord avec toi: il n’y a rien à enlever, tout est à sa place. C’est parfait!

  7. Je suis très très intéressée, surtout que j’essaie de diversifier un peu mes lectures en ce moment.

  8. Un grand livre dont j’ai parlé aussi.Très dérangeant.

    Eeguab

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :