Chronique d’une libraire: les ovnis!

Dans chaque métier, on rencontre des phénomènes paranormaux, extraordinaires, loufoques et complètement abracadabrants.

Pour le libraire, ces phénomènes, que j’appelle ici des ovnis, prennent vite des dimensions surnaturelles. Toujours en rapport avec les clients évidemment puisque c’est son gagne pain et sa principale cible, le libraire rencontre des cas plutôt étrange. Heureusement, ça reste épisodique!

Il n’y a pas si longtemps que ça, je vois une cliente, chargée comme un baudet, perdue dans le rayon cuisine. Sautant dans mon costume de super-libraire et désireuse de rendre service, je m’approche doucement et lui dit: « Désirez-vous un peu d’aide madame? ». Troublée, ne s’attendant pas à ce que je me retrouve à coté d’elle, elle sursaute et me répond: « Heu, oui, enfin, heu, je cherche un livre de cuisine. » Alors je lui dis qu’elle est déjà bien partie, parce que c’est le bon rayon. « Oui mais je cherche un livre de cuisine pour quelqu’un qui n’aime pas manger! » Alors là les murs de la librairie s’écroulent sur ma petite tête de libraire figée. Décontenancée, je garde mon calme légendaire et je lui demande plus de précisions pour répondre au mieux à sa demande, si saugrenue soit elle. Je remarque alors que cette conversation va aboutir sur rien du tout et surtout que l’on va vite tourner en rond. « J’aimerais un livre pour forcer quelqu’un à manger et si possible des recettes pour camoufler le goût de la viande et du poisson! » J’adore ce genre de demande!! Que dire face à ça? Je lui explique donc que ce genre de livre n’existe pas, qu’il faut jouer avec son imagination. Je lui présente un panel de livres de recettes simples et rapides à faire. Et là, panique à bord: en plus il fallait un livre pas cher, pas lourd, très très simple, avec des ingrédients qu’elle puisse trouver près de chez elle et qui lui donne envie de cuisiner. Vous visualisez un peu la scène. J’aurais mieux fait de lui conseiller un livre sur la cuisine moléculaire comme ça plus de problème de goût ou de visuel. Bref, elle en choisit un quand même mais le prendra un autre jour évidemment! Un quart d’heure de folle ambiance mais quelle galère!

********

« Bonjour mademoiselle, je cherche un livre sur Paris ». Rayon beaux livres, tout va bien.

« Bonjour Madame, quel genre de livre souhaitez-vous: photos, guide, histoire ».

« Un livre sur Paris! »

Là commence un grand moment de solitude. La petite mamie, pas franchement agréable de surcroit, insiste et persiste avec un livre sur Paris. Après trois tentatives pour lui faire sortir d’autres informations qui pourraient m’aider à la conseiller correctement, elle parvient à me dire: « C’est pour offrir vous savez, alors je veux un livre sur Paris ». Avec les minces informations qu’il reçoit, le libraire brode et devine souvent les désirs de ces clients. Étant donné qu’elle n’y mettait pas du sien, je lui ai sortit tous les beaux livres du rayon sur Paris. Je lui en présente une dixaine avec différents thèmes: l’ancien Paris, Paris lumières, vue du ciel… Elle fait une tête bizarre et me lance un regard en biais. Elle doit croire que je me moque d’elle sauf que je ne suis pas devin alors je fais avec ce que j’ai: je sors tout.Je la laisse tranquille un moment jusqu’à ce qu’une de ces copines rapplique et ne cesse de répéter « Tu veux des photos de monuments hein! ». Elle dit ça trois ou quatre fois de suite comme un automate. L’autre l’engueule. J’assiste à une querelle de mamies, plutôt rigolo mais vite soulant. Au final, elles choississent ensemble un livre de photos sur les monuments de Paris. Sa copine aurait dû arriver plus tôt… Moi, je suis ravie parce qu’elles ont choisit un des plus chers, je remballe donc tout les autres. On aurait gagner du temps si les choses avait été définit dès le départ vous trouvez pas? Mais même avec toute la volonté et les efforts du monde, le libraire n’arrive pas toujours à ces fins…

Bref, des personnages totalement incongrus comme ceux là, on en voit tous les jours. En y repensant, ce sont des situations drôles et cocasses. Mais sur le coup, il y a vraiment de quoi perdre patience. Le libraire aimerait bien se défouler un bon coup parfois mais politesse et contenance sont de mise! Heureusement qu’on fait se métier par passion!

Quel métier alors!

Publicités


Catégories :CHRONIQUE D'UNE LIBRAIRE

43 réponses

  1. Misère, les mamies là, il y aurait de quoi s’énerver ! Malheureusement des gens pareils, il y en a dans les métiers ! Ils ne s’attaquent pas qu’aux libraires hélas 😉

  2. Moi, mes préférés, tu dois les rencontrer aussi (je suis bibliothécaire) : ce sont les gens qui se pointent, ils ont entendu parler d’un livre, ils ne savent plus où et ils ont oublié le titre et l’auteur, mais la couverture est bleue et ça se passe pendant la guerre… ah ouais ceux-là, je les adore !!!

    • Je les adore aussi! si tu es bien luné, tu prends le temps de chercher avec eux sinon, ils peuvent vite se faire rembarrer!

  3. Heu…à la première qui voulait masquer le goût des aliments en toute facilité, j’aurais conseillé un livre de recettes de sauces à l’usage des enfants ^^
    La seconde m’aurait beaucoup plus énervée je pense…Il faut dire que j’ai un seuil de tolérance assez minime à l’égard de la vieillesse…
    Je dois sans cesse me remettre en tête que les personnages âgées fonctionnent au ralenti et qu’un jour je serai comme ça aussi (pitié non!) au risque de céder à l’agressivité…

    Bon au moins ça te fait des histoires drôles à nous racontes (je ne m’en lasse pas d’ailleurs ;))

    Lol Ys! Une fois j’ai entendu une dame demander à une libraire « un roman avec « crocodiles » dans le titre et qui doit se passer au Mexique vu la couverture bariolée genre aztèque »…
    Heureusement que le mot « crocodiles » met facilement la puce à l’oreille, parce que pour ce qui est de la couverture aztèque…

  4. Oui, quel métier! Mais je n’embête pas souvent les libraires… Je sais généralement ce que je veux alors je donne des infos précises.

  5. Mouarf! Je suis prof-doc, et ton article me faisait justement penser à des anecdotes du genre de celles d’Ys… « Madame l’autre jour j’avais vu un livre mais j’le trouve plus ». « Oui, te rappelles-tu quelque chose au sujet de ce livre, le titre, l’auteur, le rayon…? ». « Ben euh, y avait du orange sur le devant ».
    Ah et il y a peu, les élèves faisaient des exposés sur le Moyen-Age, et la petite qui avait hérité d’un thème en lien avec la littérature vient me voir : « la prof de français elle m’a dit que je pourrais trouver des trucs dans un livre sur la guerre des Michards ». J’attends de voir si tu devines de quoi il s’agit 😀

  6. Arf, les libraires ne devraient accepter que les véritables amateurs de littérature. Quoi que souvent il m’arrive de parler d’un livre que j’ai aimé tout en oubliant et le titre et l’auteur. Cela ne facilite pas vraiment le dialogue !
    🙂

  7. Les mamies se sont les pires 😉 Je n’ai jamais travaillé dans une librairie, mais en tant que cliente, j’en ai vu qui déroutaient bien des employés…

  8. @ kali : j’ai trouvé! Elles est drôle.
    mais je laisse les autres trouver, of course!

  9. A la sueur de ton front…rappelons-nous. Ce n’était pas faux,
    il est bien rare que l’on y échappe. Et tant que l’on peut en rire, c’est que cette sueur n’est pas encore trop acide, n’est-ce pas ?

  10. Peut-être qu la première personne a quelqu’un qui souffre de troubles alimentaires…
    Sinon, je plaide coupable en ce qui concerne les oublis de titres et d’auteurs, mais jusque là je m’en suis presque toujours sortie :o)
    Et Kali m’a beaucoup fait rire !

    • Oui peut être bien, mais la situation était tellement alambiquée par ce qu’elle me racontait que ça en devenait drôle.
      Ça arrive à tout le monde d’oublier un titre……….

  11. Un livre pour camoufler le gout de la viande et du poisson ?! mais t’aurais du lui fourguer un livre de recettes végétariennes !! (c’est mon sang d’herbivore qui parle lol)
    C’est toujours étonnant de découvrir que les clients ne savent pas ce qu’ils veulent eux-même ! Et le libraire est censé trouver par divination ou intuition…
    Pour rebondir sur la remarque d’Ys, oui c’est un grand classique !
    Ils ont vu un livre il y a 3 mois, ne connaissent ni le titre, ni l’auteur, ni de quoi ça parle mais c’était sur telle table ou ça avait une couverture dans les tons bleus… (qui au final quand on a le miracle de trouver se révèle plutot vert… mais bon passons ! )
    bref , on joue souvent au livre mystere, en dehors des erreurs sur les titres (celui de Kali est très bon d’ailleurs ) …

    • J’aurais pu mais je sentais bien que c’était le genre de personne qui ne sait pas trop ce qu’elle veut et qui refuserait tout ce qu’on lui propose. Y en a comme ça….Faut pas chercher.

  12. ah la la la… tu sais qu’à l’époque où j’étais sur le rayon Paris, j’en ai eu une qui m’a dit « je voudrais un livre qui me plait ». Et j’avais beau essayer de savoir ce qui lui plaisait, elle n’arrivait qu’à me répondre « je veux un livre qui me plait quoi! » Incroyable celle-ca…
    Comme celle de l’autre soir qui voulait des citadelles et mazenod en format poche !!! 🙂

    En tout cas tu ne m’avais pas raconté celles de Paris, elle est rigolote aussi ! 😉

    @Kali : elle est très drôle celle là !! 🙂

    • Mais ça existe les citadelles et mazenod en poche: Chine ou New York.
      On pourrait écrire un livre sur les situations farfelues du monde du commerce!

  13. Alors explication de la blague : la collègue lui parlait du « Lagarde et Michard » 😉

  14. Oui, c’est vrai que ça existe mais bon, ce sont du « poche » de citadelles et variations uniquement, et puis ils ne l’ont pas (encore?) fait pour toute la collection. En l’occurence, la cliente voulait du poche pour l’art flammand en deux volumes à 199 euros chaque! 🙂

  15. J’adore ton article !! Merci pour ce moment de détente détente !! 😉

  16. J’ai eu récemment quelqu’un qui me demandait des livres sur la nuit en précisant bien sur le sommeil. Je lui sors quelques titres et reviens trois minutes plus tard pour voir où elle en est. Elle avait pris deux livres sur le sommeil dans le rayon et me dit qu’elle prend cela parce qu’il parle plus du sommeil que de la nuit…

  17. Voici la situation que je préfère (vécu il y a 2 semaines)
    Client : Je cherche un cadeau à faire
    Moi : oui, vous avez déjà une petite idée ?
    Cliente : Je voudrais un livre

    Et bien ça tombe bien ma p’tite dame, parce qu’on a plus rien d’autres en stock !

  18. Peu importe le pays, le continent, les clients se ressemblent tous.

    les « je veux un livre intéressant » ce n’est pas mal non plus! Ou encore les « je veux un livre pour 8 ans »!!!! Là où cela se corse parfois c’est lorsque les gens ne comprennent pas pourquoi on leur pose des questions sur les goûts du lecteur et qu’il répète « bah il a 8 ans »!

  19. J’ai bien ri en lisant cet article ! lol !
    Je compatis… D’autant plus qu’il y a deux ans, j’ai également joué les clientes super chiantes, et j’imagine la souffrance du pauvre libraire ! Mon copain m’avait donné sa lettre au père Noël : un livre avec de belles photos noir et blanc sur les parcs américains. Le pauvre gars du rayon voyages s’est arraché les cheveux car toutes les références que j’avais trouvé sur internet étaient soit éditées seulement aux USA, soit plus éditées du tout !

  20. En tous les cas, cette rubrique sur le métier de libraire est une excellente idée ! Choco a également inauguré depuis peu cette rubrique dans son blog, un vrai régal !!! (http://legrenierdechoco.over-blog.com/)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :