Shim Chong, fille vendue

Shim Chong, fille vendue de Hwang Sok-Yong chez Zulma

Hwabg Sok-Yong fait partie des écrivains coréens les plus lus et les plus appréciés de sa génération. Avec cet ouvrage d’une grande qualité stylistique, il signe une œuvre romanesque proche de celles de Zola avec une tonalité sensuelle marquée.

L’histoire de Shim Chong est dure, triste, sensuelle, violente et belle à la fois. Cette figure féminine est mythique dans l’imaginaire coréen et sa vie devient vite une légende transmise oralement de génération en génération, avant de devenir un roman d’une grande ampleur. Difficile pour moi de résumer ce roman tellement sa qualité d’écriture et sa densité sont impressionnantes. Il m’a beaucoup touché et, de peur de gâcher l’histoire avec un condensé succinct, je triche (pour une fois!), et je reprends le texte.

De la légende de Shim Chong, fille vendue, Hwang Sok-Yong reprend la trame pour décrire l’industrie, fort prospère, de la prostitution en Asie à l’époque pré-moderne. L’héroïne du roman, humiliée mais fière, est d’abord vendue à un richissime vieillard chinois de Nankin, puis engagé dans une maison de plaisirs, enlevée par des trafiquants de chair de Suzhou, exploitée dans des bouges de Formose; son odyssée la conduit ensuite, avec des fortunes moins sinistres, à Singapour, où elle est achetée par un sujet britannique …

Dans la lignée d’un Geisha de Arthur Golden, mais en beaucoup plus authentique et brutale, cette histoire sans frivolité est tout simplement marquante. L’écriture est littéralement incroyable: fluide, simple et légère, intelligente et crue, c’est cette écriture qui rend l’histoire brute et singulière.

Mêlant à la fois politique, mœurs légères, truanderies, amours déguisés, séductions, violences et parjures, Shim Chong, fille vendue est un roman dense et magnifique. On suit le voyage initiatique de cette jeune fille devenant femme dans une saga de la prostitution et des métiers de la séduction à une période charnière où l’Asie, sur fond de guerre d’opium et de trafic d’armes, s’ouvre aux impérialistes occidentaux.

Tel un Zola, l’auteur nous livre des détails parfaitement réalistes, des longueurs subtiles et parfaitement intégrées dans le déroulement de l’intrigue. On se prend au jeu dès les premières lignes. L’ambiance est retranscrite de manière très fidèle. On apprend autant sur les conditions politiques de l’époque que sur les traditions ancestrales et la culture du charme.

Roman de mœurs parfaitement documenté tout autant que roman historique et saga personnelle, Shim Chong, fille vendue est une de mes surprises de 2010. (Et on est qu’au début!)

Encore un grand merci aux éditions Zulma pour leur qualité. Je suis rarement déçue!

Je ne peux que vous conseiller de le lire!

Publicités


Catégories :L. Coréenne, LECTURES

28 réponses

  1. Je tourne autour depuis qu’il est sorti, en plus la couverture est sublime. Tu achèves de me convaincre évidemment ..

  2. Je le note pour quand ma PAL aura fait un petit régime 😉

  3. je note et renote: exactement ce que j’aime:)

  4. Je ne le note pas pour l’instant parce que j’ai deux livres du même auteur qui m’attendent dans ma PAL (dont un pavé). Et puis le « dans la lignée d’un geisha » me fait un peu hésiter car je n’ai pas autant aimé ce roman de Golden que les critiques.

    Connais-tu « Monsieur Han » du même auteur (il existe en poche) ? C’est un bon roman sur la division de la Corée, c’est avec lui que j’ai découvert ce romancier.

  5. Tu m’as convaincue ! Ce roman ne peut que me plaire !!! 🙂

  6. Tu es vraiment très convaincante. Je note!

  7. Avant de lire celui-ci, qui me tente bien, je l’avoue, j’ai failli acheter « L’invité » mais le thème m’a fait reculer… Je renote donc cette « Fille vendue » !

  8. J’ai reçu hier la lettre d’info de Zulma, l’auteur sera dans l’émission Métropolis (Arte) le 27 Février.

  9. je crois que je vais être obligée de me plonger dedans alors… 😉

  10. C’est fou ça, en commençant à lire ton billet je me disais, de toute façon, je n’aime pas la littérature asiatique… et puis là, arrivée à la fin, j’en suis arrivée à me demander si je ne devrais pas le lire quand même ce livre : tu es vraiment très persuasive !

    • Merci du compliment, ça me fait bien plaisir. J’essaie de faire partager au mieux ma passion pour tel ou tel livre. Si j’y arrive, j’en suis plus que ravie! 🙂

  11. Déja repéré sur les tables ! il me tente aussi beaucoup !
    Mais bon, je devrais d’abord lire Le vieux jardin qui m’attends depuis un moment dans ma PAL…

  12. Noté, je ne l’avais pas repéré chez les libraires !
    je vais devoir y aller plus souvent… cela va être tout de même difficile

    • Il est sorti il y a peu de temps. Mais il devrait rester longtemps sur les tables des libraires parce que c’est un excellent bouquin!!

  13. Very tempting! Zulma n’est pratiquement dispo que sur commande près de chez nous… dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :