Les Rougon-Macquart 1

La Fortune des Rougon d’Émile Zola

Premier volet d’une saga historique, La Fortune des Rougon met en place les personnages, l’époque, les relations familiales et la généalogie complexe de tout un chacun.

Plassans, au lendemain du coup d’Etat d’où va naître le Second Empire, deux adolescents, Miette et Silvère, se mêlent aux insurgés. Leur histoire d’amour comme le soulèvement des républicains traversent le roman, mais au-delà d’eux, c’est aussi la naissance d’une famille qui est évoquée : les Rougon en même temps que les Macquart dont la double lignée, légitime et bâtarde, descend de la grand-mère de Silvère, Tante Dide.

Entre Pierre Rougon et son demi-frère Antoine Macquart, la lutte va s’ouvrir plus vite que l’on ne croit.

Les Rougon-Macquart sont une lignée hors norme où le profit et l’appât du gain vont les rendre fous et prêts à tout. Pour mieux comprendre cette lignée, il nous faut régulièrement suivre l’arbre généalogique en fin de roman. Parce qu’Émile Zola se perd souvent avec ses personnages. Il faut vraiment suivre pour bien disséquer les liens qui unissent chacun d’entre eux et leurs manigances.

Pour résumer, très très globalement les familles et leurs traits particuliers:

  • les Rougon, chez qui prédominent l’appât du gain et l’appétit du pouvoir ;
  • les Mouret, lignée parallèle issue d’un mariage où la fragilité mentale de l’aïeule réapparaît souvent ;
  • les Macquart, branche la plus fragile, chez qui se retrouve la folie de l’aïeule mêlée à l’ivrognerie et à la violence de son amant.

Tous ont leurs démons et leur délires mais tous sont à l’image de l’époque. Cette épopée familiale est un chef d’œuvre, et c’est peu dire selon moi, tant au niveau stylistique qu’au niveau descriptif. Zola nous décortique sans concession un monde qu’il déteste: celui de l’argent, des êtres véreux et opportunistes, du début du second Empire où la révolution politique est omniprésente. Un coup d’État et tout est bouleversé si ces gens sans scrupules font mains basses sur le pouvoir vacillant.

Publiée en 1871, cette œuvre magistrale et dense montre un monde sans faveur pour les petits-gens. La folie est reine au sein de cette famille: l’amour, l’argent, la haine et la jalousie rongent jusqu’à la moelle les uns comme les autres. Tout le monde en prend pour son grade, personne n’est clean.

Et c’est cette déchéance héréditaire, presque, qui procure aux textes de Zola cette saveur acide, amère et vicieuse. J’oserais presque dire que certains passages s’apparentent à des scènes de polars tellement les intrigues entre les personnages sont fines et malsaines. Le suspense, si l’on peut parler de suspense chez Zola, est très intense. A chaque seconde tout peut basculer. Les hommes peuvent aller jusqu’au meurtre pour obtenir le pouvoir, les femmes sont malignes et sournoises, usurpatrices même. Les pires sentiments, les secrets les moins avouables, les pratiques les moins dignes, les coups d’Etat, c’est ça que décrit Zola. Cette « vermine », qui ne pense qu’à son propre profit, fait naître une œuvre d’une ampleur sans pareil.

En analysant ainsi, avec détachement et sans complaisance, une société du XIXème siècle, il nous propose une partie de l’Histoire comme si on y était.

Premier roman de la longue série des Rougon-Macquart, La Fortune des Rougon que Zola fait paraître en 1871 est bien le roman des origines. Au moment où s’installe le régime impérial que l’écrivain pourfend, c’est ici que commence la patiente conquête du pouvoir et de l’argent, une lente ascension familiale qui doit faire oublier les commencements sordides, dans la misère et dans le crime.

Vous l’aurez compris, j’aime et j’adore Zola. Son écriture est parfaite. Elle décrit à merveille les êtres humains dans le pire et le meilleur mais surtout pour le pire. Outre le coté très politique et polémique de cette saga familiale, il faut voir la qualité supérieure de l’auteur et de sa vision du monde et des gens. Le seul bémol qui me gène parfois sont les scènes de blablas politiques qui s’éternisent. En dehors de ça, c’est parfait.

Pour bien suivre et comprendre Les RougonMacquart, il faut commencer par La Fortune des Rougon. Pour la suite, ayant lu il y a longtemps Germinal, Nana, L’OeuvreAu Bonheur des Dames et La Bête Humaine, je n’ai pas suivi l’ordre chronologique des romans. Mais Zola donne l’impression qu’il s’agit d’un roman à part entière à chaque fois, donc ça n’est pas du tout gênant pour la bonne compréhension des évènements de les lire dans le désordre. Chaque personnage est unique et a sa propre histoire.

Voila, j’arrête là, c’est pas mal déjà. Émile Zola est LE grand auteur français de mon panthéon.

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Française

36 réponses

  1. As-tu l’intention de relire toute la série ? Je l’ai lue (dans l’ordre) dans ma jeunesse, ce serait bien que je m’y replonge. Il me semble que les derniers sont très sombres.

  2. Je susi toujours ravie de voir Zola sur les blogs! Il le mérite!
    J’ai lu la série dans ma jeunesse, et dans le désordre, mais peu importe!

    • J’ai l’impression que l’ordre des histoires importent peu. N’empêche, il reste mon auteur préféré parmi beaucoup!

  3. Je m’ajoute à la liste de celles qui ont lu et adoré Les Rougon-Macquart dans leurs jeunes années ! C’était dans le désordre aussi, mais ça ne m’a pas gênée. Je me dis régulièrement qu’il faut que j’en relise un…

  4. J’ai adoré « La fortune des Rougon » comme les autres « Rougon-Macquart » que j’ai pu lire (mais je ne les ai pas tous lus). Je me souviens de cette idée de « fêlure familiale » qui prend racine dans ce premier volet et qui me trotte encore à l’heure actuelle dans la tête.
    Comme j’aime la construction de cet immense cycle! comme j’aime l’écriture de Zola!… Merci pour ce billet qui fait resurgir chez moi de très beaux souvenirs de lecture.

    • De rien Bauchette! C’est avec plaisir que je partage mon amour de cet auteur, et j’avoue être surprise et ravie d’avoir autant de réactions!

  5. Comment ne pas adhérer ?!? J’adore Zola, j’ai lu tous les Rougon-Macquart et je voulais appeler mon fils Silvère ! (bon ça, ça ne s’est pas fait…)
    C’est toujours un plaisir de lire un billet sur Zola !

  6. J’adore ce premier volet et Silvère et Miette m’avaient beaucoup touchée. J’adore Zola et j’ai lu les RM dans l’ordre. Je me demande souvent lequel est mon préféré. La débâcle peut-être… Je te conseille de lire aussi les deux cycles qu’il a écrits par la suite : Les trois villes et les Quatre Evangiles (inachevé car il est décédé avant d’en achever le 4e tome)

  7. Ah la la, de belles oeuvres !

  8. je ne les ai jamais lu dans l’ordre: ils sont tous uniques. de très bons romans. j’adore zola:)

  9. Je suis moi aussi une inconditionnelle de Zola ! J’ai lu et relu toute la série des Rougon-Macquart, avec une préférence pour : L’oeuvre, l’Assommoir, Nana, La fortune des Rougon. Une fantastique saga !

  10. Je ne l’avais pas aimé en classe, puis je l’ai lu, dans l’ordre, à mon rythme pendant les vacances et depuis j’ai une passion pour lui! Je le relirai encore bien un jour, j’espère!

  11. Moi aussi je suis fan de Zola ! Je les ai tous dévorés et je regrette de ne plus avoir un seul Rougon Macquart à me mettre sous la dent !

  12. J’avais adoré Au bonheur des Dames (que j’ai eu à étudier pour mon bac) et j’ai La bête humaine dans ma PAL.
    Mais pour le moment je suis plus dans ma période Alexandre Dumas (père).

  13. Je n’ai lu que deux Zola pour l’instant, mais j’en ai quelques uns en attente, ça me donne envie d’y replonger tout ça !

  14. Je suis un fan absolu de Zola. J’ai relu il y a peu « Pot bouille » et le billet qui lui est consacré sera sur mon blog le lundi 26. Le hasard fait bien les choses hein ?
    🙂

  15. Zola me fait peur. J’ai quelques tomes à la maison (pas le premier) mais j’ai toujours eu peur de plonger dans un truc trop noir, trop sombre… et de m’y engluer. Je vois beaucoup de billets hyper enthousiastes… et il me fait quand même peur!

    • Pourtant Zola est un maître dans l’art de décrire la nature humaine. Évidemment, il n’est pas le plus drôle ni le plus enthousiaste mais il parle des hommes comme personne.

  16. Je viens justement de le terminer ! Bravo pour cet excellent billet. J’avais lu quelques Zola durant mon adolescence et j’appréhendais un peu de reprendre le fil après tant d’années, ce que j’ai fait dernièrement avec l’excellent Nana. Du coup j’ai décidé de reprendre la série depuis le début. Je vais essayer de les lire chronologiquement mais pas toujours, je veux aussi me laisser guider par mes envies du moment 😉

  17. j’ai commencé cette série il y a plusieurs années, j’en garde de bons souvenirs

  18. Je viens de commencer la Bête Humaine, et en voyant tous ces commentaires sur E.Zola, ça me donne envie de lire tous les livres de cette série. Néanmoins, est-ce qu’on peut se lasser si on lit tous les livres ? Car il se peut que ce soit répétitif, non ? Je n’ai pourtant lu que les 4 premiers chapitres de la Bête Humaine et je dois dire que ça me plaît. Une fois qu’on est plongés dedans, on ne peut en ressortir, à moins d’être exténué de fatigue. J’espère aimer la suite comme j’ai aimé le début.

    • Alors pour commencer, je tiens à t’affirmer que l’on ne se lasse jamais de Zola. Tout simplement parce que ces romans ont tous quelque chose de particulier. Certes, tu vas retrouver les mêmes personnages parfois mais ils ont tous un but et une finalité à part entière. Et la vie que raconte Zola est tellement terrible et précise qu’il ne peut se répéter, ce ne serait plus crédible.
      Tu lis La Bête Humaine, mon préféré. C’est l’un des plus durs mais des plus marquants également. Je pense que tu peux lire les Rougons Macquart dans l’ordre que tu veux, ce que j’ai fais au début, sans que ce soit trop gênant. J’espère que tu deviendras une nouvelle adepte de Zola !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :