L’origine de la violence

L’Origine de la Violence de Fabrice Humbert

Encore un livre sur la condition juive qui vaut le détour!

Ici, autre approche, autre sensation.

L’Origine de la Violence parle d’une famille et d’une quête identitaire. Un regard sur une photo et tout est bousculé.

À partir d’une photo découverte lors d’une visite à Buchenwald, un jeune homme remonte dans le temps, dévoile des secrets de famille et libère des flots de violence.

Plus qu’une quête identitaire, il s’agit aussi du récit cruel et violent de la vie d’un personnage, David Wagner, au camp de Buchenwald. Ce prisonnier, à l’origine de cette enquête que décrit le roman, est une énigme pour ce jeune homme qui ne cessera de lire à travers l’histoire. De témoignages en imagination forcée, il va tenter de reconstituer la vie de cet homme qui serait son grand-père, pour mieux le connaitre et pour savoir pourquoi… Pourquoi son père ne lui en parle pas ? Pourquoi tant de secrets et de non-dits autour de cet épisode familial ? En tissant, avec les moyens du bord, les documents historiques et les personnages qu’il rencontrera, ce jeune professeur va découvrir bien plus que la vie d’un homme?

Ce roman d’une densité incroyable nous met face à la cruauté humaine et à la violence pure. Sans concession, les scènes de vie des camps sont décrites avec plus ou moins de détails mais toujours avec une justesse terrible. En creusant, il ne fait pas toujours bon découvrir ce qui est enfoui depuis des années. Mais c’est avec beaucoup d’intelligence et de vérité que ce roman prend forme. Fabrice Humbert nous raconte par l’intermédiaire de son personnage principal des moments durs et difficiles. Il nous implique tellement dans cette période que l’on a l’impression de lire un véritable témoignage.

Poignant et juste, ce énième livre sur la condition juive peu paraître de trop. Mais c’est penser sans même l’avoir ouvert. Nous sommes directement happés par cette histoire de filiation et de secret, qui nous entraine « naturellement » vers des contrées beaucoup plus sombres et morbides. Humbert ne s’attache pas seulement à nous raconter les camps ou l’Holocauste mais véritablement la vie d’un trentenaire atypique au coeur de XXème siècle, victime de la violence des hommes.

Cette enquête, que l’on peut définitivement assimiler à une enquête policière, est parfaitement menée. Toujours haletante, toujours intéressante, toujours terrible et violente. On en découvre toujours plus, à croire que ça ne s’arrète jamais. A croire que la violence est toujours plus forte. Humbert comme ce personnage principal, jamais véritablement nommé, voit au plus profond de l’être pour y découvrir des sentiments sordides et pénibles. Jusqu’à ce qu’il s’attache à sa propre existence et à sa violence, son quotidien. C’est là qu’il réalise vraiment que la violence est partout, enfouie au fond de chacun et surtout dans beaucoup d’évènements actuels.

Mêlé à un flou très net, la non nomination du héros, cette histoire prend toute son ampleur. Cette individualité non marquée met l’accent sur le fait que tout le monde peut être ce professeur. C’est une histoire que beaucoup de gens aurait pu raconter. L’impact est fort et large du coup.

Pertinent et faisant réfléchir, L’Origine de la violence nous plaque littéralement face à la morale et à la signification de ce titre sans équivoque. Mélange sans conteste des genres: roman noir, roman historique, quête identitaire et saga familiale, biographie et fait divers, il est complet et glacial, cruel et touchant, sombre et parfaitement écrit. Vraiment, il s’agit là d’un roman d’une extrême densité, d’une qualité magnifique.

De quoi est-il question au final ? Mais de l’homme bien sûr!

Publicités


Catégories :COUPS DE COEUR, LECTURES, Littérature Française

24 réponses

  1. Je garde un très bon souvenir de ce roman, qui est tout de même assez différent de ce qu’on lit habituellement sur le sujet.

  2. J’ai bien envie de le lire celui-ci.

  3. Voilà un roman qui m’a laissé sur ma faim. J’ai trouvé que c’était un livre de plus qui n’apportais aucune nouveauté sur la seconde guerre mondiale. Un peu déçue.

  4. Eh bien cela fait un moment que je tourne autour de ce titre, et le moins que l’on puisse dire est que tu m’encourages à me précipiter dessus la prochaine fois que je le verrai ! 😉

  5. Il est dans ma PAL celui-ci 🙂

  6. J’avais lu des avis très différents à sa sortie et j’ai longtemps hésité à l’acheter. Avec la sortie en poche, je n’ai plus aucune excuse…

    • C’est vrai qu’en poche, ça passe tout de suite plus facilement. Mais je t’assure que c’est un excellent livre et ça m’étonnerais qu’il ne plaise pas.

  7. J’ai lu ce roman l’an dernier, qui pour moi n’est absolument pas un livre de plus sur les camps. J’ai eu l’impression que Fabrice Humbert s’appuyait sur cette histoire pour développer un propos plus général, qui est celui de la violence enfouie au fond de chacun d’entre nous, et qui dans certaines circonstances s’exprime de la façon la plus barbare qui soit.
    L’action de ce roman aurait après tout pu se dérouler ailleurs et à un autre moment, et permettre à l’auteur de faire les mêmes raisonnements.
    C’est en tout cas le sentiment que m’a donné cette lecture…

    Mon billet ici : http://bookin-ingannmic.blogspot.com/2009/10/de-la-violence-fabrice-humbert.html

  8. Il est sur ma PAL depuis une année environ…

  9. Il est dans ma PAL depuis perpet et le voilà en poche alors que je ne l’ai toujours pas lu ! Désespérant quand tous les livres que tu as à lire sont prioritaires lol

  10. Il semble très dur mais je suis quand même tentée… surtout s’il exploite le thème de façon efficace.

    • Il est très efficace et intelligent. La dureté des faits est ainsi, on n’ y peut rien. Mais le texte est tellement beau et fort que ça passe très bien!

  11. Un roman que je me suis promis de lire!

  12. Ajouté dans ma wish list:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :