Chronique d’une libraire: méli-mélo!

Ça fait un bon moment que je ne vous ai pas fait part de ma chronique de libraire.

Pourquoi cette absence ? Plusieurs petites causes: le manque de clients, évident en cette saison basse pour les commerces, une rotation intense dans mon travail (beaucoup de changements de rayons et de nouvelles activités).

Bref, je vous en ai gardé sous le coude quand même!

Cette fois, je vais un peu plus m’attacher aux bourdes des libraires. C’est vrai après tout, pourquoi se moquerait-on uniquement des clients! Nous aussi, pauvres libraires déboussolés, nous perdons un peu la tête par moment. C’est parfois drôle, parfois honteux mais qu’importe, on a tous le droit à la faute et à la bêtise tant qu’elle reste sympa.

Je débute donc par une bourde plus grosse que moi qui m’est arrivée ces derniers jours. Plus débile c’est pas permis.

Je me trouve au poste de travail stratégique de la librairie, en plein milieu, là où on voit tout le monde et où tout le monde vous voit. Ma principale occupation à ce poste, c’est l’emballage des livres. Il faut bien les protéger des vieux doigts crasseux, des doigts hargneux qui déchirent sans faire exprès ou des mains qui veulent ranger les livres dans le rayon déjà blindé, vite fait mal fait. Du coup, un p’tit emballage, ça ne fait pas de mal. Sauf à mon moral! Parce qu’après une matinée d’emballage, je deviens complètement abrutie. Et j’ai une preuve magnifique….

J’étais en intense activité d’emballage, comme je le disais. J’en étais au cinquième exemplaire du même livre. Malheureusement, je ne me souviens plus du tout du titre, mais franchement on s’en fout un peu, surtout quand il s’agit de politique… Attention, le début de l’abrutissement commence. Soudain, un client derrière moi m’interpelle .

« Bonjour, mademoiselle, je souhaiterais tel livre… »

« Bien sûr monsieur, pas de problème, je vais juste regarder sur mon ordinateur à quoi il ressemble et si je l’ai en stock. »

Tout à coup, une de mes collègues regarde ce qui se passe, jette un oeil sur ce que j’emballais et vous devinez sûrement la meilleure….

« Mais Béné, le livre que cherche le monsieur, ça ne serait pas celui-ci? » Ma collègue tient en main le livre que je viens d’emballer en cinq exemplaires.

Bon, vous imaginez la réaction du client: mort de rire. Ma collègue: morte de rire. Et le client qui attendait derrière pour que je le renseigne: mort de rire.

Sans commentaire! 😀

******************

Autre bourde, autre situation: rayon jeunesse.

Période de  rush, il est 13h et le monde afflue au rayon jeunesse. Mes collègues et moi, nous renseignons à tour de bras: un livre par ci, une BD par là.

Un couple de petites mamies se présente à moi. Dans l’excitation du moment, je n’ai pas fait attention du tout à la tête des clientes.

« Bonjour, nous voudrions un roman pour une petite fille de 9 ans ». Ni une ni deux, je leur propose mon coup de cœur du moment: « très bien, vous pourriez lui prendre ce roman, Odette ou les tribulations d’une pigeonne, c’est l’histoire d’une petite fille qui va tout faire pour reprendre contact avec sa petite mamie à l’aide d’un pigeon.  » Pas de réactions des clientes, je continue,  » la mamie vit dans une maison de retraite, elle s’ennuie avec tous les autres petits vieux…… »

A peine ai-je terminé mon speetch que je lève le nez sur mes clientes. Je sens comme un malaise. L’une me tue du regard, l’autre semble totalement effacée. Qu’ai-je donc fait encore comme bêtise!!! C’est pas vrai, je suis la reine des bourdes!

Elles ne m’ont rien dit du tout mais j’avais l’intime conviction (et vu leur tête, je tape dans le mille) que les termes « mamies » et « petits vieux », même si mon intention n’était pas mauvaise ni méchante, ne leur ont pas plu.

Mal à l’aise, j’ai essayé de redresser la barre tant bien que mal. Les mamies étant plutôt chouettes, elles ont ri et m’ont acheté le roman. Ouf!

J’ai eu, comme qui dirait, un sacré coup de chaud  tout à coup!!

****************************

Petit clin d’œil à mes débuts dans le milieu: petite libraire toute mignonne, équipe du tonnerre et un rhume. Vous ne voyez pas le lien? Explications:

A mes débuts, tout début genre quelques semaines, une cliente me demande gentiment un titre que je ne connaissais pas du tout. Pourtant c’est un classique mais le blanc total s’installe.

Ma collègue vient à mon secours. Il se trouve que la cliente s’était trompée de titre.

« Vous savez c’est mon fils qui a écrit ça sur mon bout de papier et je ne comprend rien du tout! » Ça arrive très souvent. Mauvais titre, mauvaise ortographe, impossibilité de se relire, enfin tout est bon pour se planter.

Ma collègue enrhumée comme c’est pas permis me dit:  » La cliente cherche Les Contes de Ba Bère L’Oie, regarde dans le stock »

Et bien moi, novice et de bonne volonté, je cherche les contes de ba bère l’oie. Drôle de titre me dis-je.

« Je ne trouve pas du tout », « Mais pourtant c’est un classique, Les contes de Ba Bère l’Oie voyons ». Elle jette un œil sur l’écran et là, surprise!!!!! J’avais bel et bien écrit comme j’entendais: Ba Bère Loi. Forcément, je n’étais pas prête de trouver quoi que se soit. Je me disais bien que c’était bizarre comme titre…

(Pour ceux qui n’auraient pas tilté, le vrai titre est Les contes de ma mère l’oie)

Vive le rhume et le n’importe quoi!!!! Merci Isa pour ce gros fou rire!!!

Voila, ce sera tout pour le moment, et je vous épargne le nombre incalculable de fois où l’on ne voit pas un livre en rayon qui est soit devant notre nez (trop la honte quand le client le prend juste sous votre nez), soit en facing, qui nous gène pour voir le classement et qui est évident celui que l’on cherche!!! Qui n’a jamais été dans cette situation ????

J’adore ce boulot! 😉

Publicités


Catégories :CHRONIQUE D'UNE LIBRAIRE

21 réponses

  1. J’adore !
    Merci pour tes perles de libraire 😉

  2. tu emballes les livres? bizarre je n’ai jamais fait ça?!

  3. Ouf, ça me console quand en librairie je demande un livre qui est juste sous mon nez…

  4. J’adore tes anecdotes de libraire!! Ca me fait toujours mourir de rire! Quand je vais en librairie et que je traîne, je m’amuse toujours à voir ce que les gens demandent et comment les libraires répondent… des fois, c’est « pauvres libraires »… et d’autre fois… « pauvres clients »!

  5. Sympa ces petites histoires..

  6. C’est drôle ces petites anecdotes, c’est vrai que ça m’arrive tellement souvent de demander un livre qui est pile devant moi que maintenant, je tourne 1/4 d’heure avant de demander… 🙂

  7. Tu adores ton métier… et moi j’adore tes anecdotes !! Tu me fais rire à tous les coups 😀

  8. J’adore « Les contes de Ba Bère l’Oie » c’est trop drôle !!!
    Cette rubrique est très sympa, je suis fan !

  9. Ah, merci, franchement merci pour ce moment de franche rigolade !! « Les contes de Ba Bère Loi », j’adore … 😀
    Continues à nous régaler de tes chroniques de libraire, je ne m’en lasse pas !! 😉

  10. C’est amusant, je n’ai jamais vu de livres neufs emballés. Pour l’instant je n’avais vu ce principe uniquement dans les librairies spécialisées dans la vente de livres d’occasion.
    En tous cas, merci d’avoir partagé ces perles avec nous ! lol !

  11. Thank you christian! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :