1984

1984 de George Orwell chez Folio

On ne présente plus cette oeuvre d’anticipation qu’est 1984. C’est d’ailleurs devenu l’ouvrage de référence en matière de science-fiction.

Concrètement, le monde qui y est présenté est composé de trois grosses puissances qui se battent pour l’acquisition d’une quatrième. Dans cet environnement complexe vit Winston Smith, un homme qui se pose beaucoup trop de questions dans cette société où tout est régit par les hautes autorités. Il travaille au ministère de la vérité et doit continuellement rétablir et rectifier documents en tout genre pour être en adéquation avec la vérité du Parti.

Son esprit plus ou moins libre va tenter de raconter la vraie histoire, ce qui se passe réellement dans cette société sous haut-contrôle: les télécrans sont partout à surveiller le moindre geste et le moindre chuchotement. La dérive est interdite, l’autorité y veille.

C’est quand il rencontre une femme que Winston va tenter l’impossible: se rebeller ou devrais-je dire, se réveiller! A deux ils seront plus forts. Une petite résistance va naître mais jusqu’à quand et surtout jusqu’où ?

1984 est une critique acerbe sur le communisme et tout autre société totalitaire. Parfaitement illustrée, menée de main de maître, ce roman est dérangeant par son coté trop réaliste. On parle de science-fiction, je parle plutôt d’anticipation. Et si tout ceci arrivait vraiment, c’est-à-dire quasiment au mot près? La vie n’est plus possible, les hommes sont complètement annihilés par ces forces abstraites qui leur balancent des idées dans le cerveau à longueur de journée. Leur propagande est tellement incessante, à travers le moindre écran, la moindre publicité, que l’homme ne peut qu’en manger à chaque seconde. Comment ne pas devenir abruti par tout ce système.

Ici l’Histoire est constamment réécrite et l’individu, si l’on peut parler d’individualisme, est perpétuellement nié et surveillé par le tout puissant Big Brothers! Chaque dérive est présentée dans 1984. Orwell parle de plusieurs systèmes totalitaires dans un seul roman, ce qui a pour résultat de très vite nous tourner la tête.

Bref, malgré cette clameur incontestable sur 1984, je dois avouer avoir lacher prise au bout d’un moment. Trop c’est trop. En lisant ce roman, je me suis sentie oppressée, contractée, pas franchement détendue à vrai dire. L’écriture est tellement juste et l’intrigue incroyable, qu’au bout d’un moment je n’en pouvais plus. On s’enfonce continuellement dans le « trop », ce qui gâche à la longue le plaisir de découvrir ce roman. Trop de contrôle, trop de reflexion sur tout et rien, trop de diversion qui rendent certains passages incomprehensibles… Trop étouffant!

Mais je pense qu’il faut tout de même passer par cette lecture. Rien que pour se rendre compte de la qualité du roman qui fait tant parler de lui. On ne peut le nier plus longtemps, même si l’on n’adhère pas à 1984, comme moi, il reste un roman phare dans l’histoire de la littérature!

Publicités


Catégories :L. Anglaise, LECTURES

28 réponses

  1. Le personnage de Winston m’avait vraiment touché… et la fin bouleversé ! J’en garde le souvenir d’une lecture forte, mais peut-etre devrais-je le relire ?

  2. Jamais lu ce livre, mais in le m’attire pas plus que ça…

  3. La réalité 60 ans après n’est elle pas plus oppressante ?

  4. J’avais senti aussi cette oppression et toute cette anticipation m’avait fait froid dans le dos !
    Une lecture choc

  5. J’adore ce roman. Mais j’avoue qu’il m’a fait terriblement peur. Surtout la fin qui enlève totalement tout espoir

  6. Il faudrait que je le relise..

  7. Lu quand j’étais ado, j’en garde un bon souvenir. Un des classique de la littérature mondiale.

  8. J’ai lu plusieurs fois ce GRAND livre. Et, en effet, l’histoire qu’il conte se rapproche de plus en plus de la réalité. Par certains aspects nous avons même dépassé cette fiction.
    Je crois que la lecture de ce classique est indispensable. Orwell était un visionnaire pessimiste et ce livre est sans doute son chef d’oeuvre.
    Pour avoir une idée de ce que cet écrivain a vécu, il peut être utile de lire « Dans la dèche à Paris et à Londres », documentaire hallucinant (ce n’est pas une fiction)qui raconte ses tribulations au sein de la misère européenne du début du XX° siècle.

  9. Je l’ai lu à l’adolescence et j’ai bien sur été fortement marquée. Je ne sais pas ce que j’en penserais aujourd’hui. En tout cas, j’essaie de le faire lire à mon neveu de 15 ans qui porte des sweats-shirt tagués 1984 mais sans connaitre le livre.

  10. Je l’ai lu cette année également et je suis d’accord avec toi, l’ambiance est étouffante. J’ai mis un temps à m’en remettre. Cette lecture m’a hantée pendant un moment. C’est un indispensable, un coup de poing visionnaire.

  11. J’ai lu ce roman lorsque j’étais ado. J’avais adoré ! Mais j’aurais trop peur d’être déçue si je le relisais maintenant.

  12. Je pense que c’est la première fois que je vois un avis qui se rapproche du mien pour ce livre. Je l’ai lu, me suis sentie tellement étouffée par ce « trop » que je me suis même ennuyée, c’est pour dire… Tu en parles et tu expliques beaucoup mieux que moi, par contre!

  13. Je n’ai pas le souvenir que certains passages manquent de clarté. Je l’ai pourtant lu en VO, ça aurait dû me sauter aux yeux…
    J’ai vraiment apprécié cette lecture pour ma part, et il faut vraiment que je lise autre chose d’Orwell.

  14. Je l’ai lu dans mon adolescence mais je me demande comment je percevrais l’histoire maintenant. Je pense qu’il est du pour une relecture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :