Otage

Otage de Elie Wiesel chez Grasset

New York 1975.

Shaltiel Feigenberg, juif américain, est enlevé à Brooklyn.

Par qui ? Pourquoi ? Nul ne le sait pour le moment.

Otage nous raconte le courage, la peur et le cauchemar de cet homme livré à des inconnus pour une rançon.

C’est alors que des bribes de souvenirs, de pensées, de rêves construisent cette histoire touchante et dure à la fois.

Reclus dans une cave, les yeux bandés et livré à lui-même, Shaltiel se souvient. Sa ville natale, la déportation, sa survie dans une cave alors qu’il était enfant, le récit de son père et de son oncle rescapés d’Auschwitz… Bref, des vies et des souvenirs parsèment ce huis clos dramatique. IL se remémore sa vie d’avant et nous laisse entrevoir sa fin imminente. Perdu au fond de sa tête, dans cette cave lugubre, il craint tous les jours le pire.

L’écriture est fine et intelligente mais est-il nécessaire de le signaler puisque Wiesel a été plusieurs fois récompensé pour son talent d’écrivain et surtout il reçoit le prix Nobel de la paix en 1986. La dimension de ces textes est telle qu’il demeure un auteur phare sur le thème de la question juive.

Malgré tout ça, je suis passée totalement à coté de ce roman pourtant bien construit. Je suis restée hermétique à cette écriture parfaite et sans faille. Malheureusement pour moi, ce fut ma première approche avec Wiesel et j’en garde un goût plutôt fade. Dommage donc, je m’attendais à tellement que je n’ai récolté que du moyen.

SORTIE LE 18 AOÛT 2010

Publicités


Catégories :DOMMAGE, LECTURES, Littérature Française, Rentrée littéraire 2010

8 réponses

  1. Je n’arrive pas à me convaincre de lire cet auteur pourtant très médiatique…

  2. très envie de le lire… impossible de rater un Elie Wiesel…

    juste obligée d’attendre septembre pour cause de dépassement du budget livre…

  3. Voilà un auteur qui me tente mais je me dis qu’il faut être dans une forme olympique pour s’attaquer à ses ouvrages. Et ce ne sont, à mon avis, pas trop des lectures de vacances… A savoir diverstissante.

    • Pour moi, il n’y a pas de lectures de vacances. Des lectures plus propices à notre état d’esprit, d’accord, mais ça s’arrête là. 😉

  4. Je n’ai jamais ouvert un livre d’Elie Wiesel et pourtant je suis tentée. Mais commencer par le dernier n’est peut-être pas la bonne façon de découvrir cet auteur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :