Un Employé Modèle

Un Employé Modèle de Paul Cleave chez Sonatine

Paul Cleave nous fait rencontrer un employé plus que modèle, Joe Middleton.

Célibataire, gentil, attentionné auprès de sa mère surtout, avec des principes plutôt carrés et une hygiène de vie très correcte. Il travaille comme homme de ménage au sein du département de police de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Rien de bien intéressant!

Le seul hic, c’est que Joe est un dangereux serial-killer! Et oui, ça arrive!

Grâce à son job, il est au coeur des enquêtes et surtout des avancées de celle du Boucher de Christchruch. Le Boucher c’est lui, il l’affirme et le proclame même à toutes celles sur lesquelles il jette son dévolu: prostituées, femmes sans histoires… Mais au commissariat, il joue un tout autre rôle: celui du gentil attardé. Ces collègues tombent tous dans le panneau, surtout Sally, jeune paumée qui s’applique à l’aider du mieux qu’elle peut. Ce dernier s’en fout royalement et il nous fait partager ses idées et impressions face à des individus leurrés jusqu’au trognon, et qui le font bien marrer!

Joe est fier de ces crimes et de l’étalage qu’on en fait parmi les enquêteurs. Personne ne tilte, tout le monde est à coté de la plaque. Pourtant, un détail va perturber Joe: une victime n’est pas la sienne. Le Boucher de Christchurch ne fait pas tant de simagrées.

Et voilà que Joe s’embarque dans une pseudo enquête interne, où il va s’obstiner à démasquer le fauteur de trouble, celui qui veut se faire passer pour Le Boucher à tort. Mais une certaine Melissa va contrecarrer ses plans d’une façon pour le moins brutale!

Une enquête menée tambour battant par un serial-killer des plus trash, c’est parfait pour satisfaire l’appétit grandissant qui nous vient. C’est que Paul Cleave est un expert pour nous faire saliver dès les premières pages. Avec un humour corrosif, de la dérision, beaucoup de violence gratuite, un détachement exquis face aux situations les plus sordides, nous avançons, haletant, au rythme de Joe le Boucher.

Ce qui m’a le plus marqué dans ce thriller c’est vraiment l’humour noir. Au final, on est presque pris de sympathie pour Joe-le-Lent qui se fout de la gueule du monde et du Joe-le-Boucher qui torture impunément. En plus, on connait l’histoire et l’intrigue en lisant la quatrième de couverture, on se dit « bon ça va être sympa mais je connais déjà l’intrigue ». Et bien oui, sous ces apparences classiques, l’histoire du serial-killer peut nous paraitre banale. Mais attention, cette variation sur le thème du serial-killer est juste magique. Le coté pince-sans-rire est omniprésent, le double jeu est parfaitement maitrisé et Joe est un personnage complet qui foisonne de détails à découvrir tout au long du texte.

Bref, en lisant la quatrième de couverture, vous ne pourrez pas passer à coté de ce thriller haletant, incisif et très drôle ( et oui, pour une fois qu’un thriller me fait sourire plus d’une fois, je le mentionne!!)

Quant un serial-killer mène l’enquête comme un flic: il y a de quoi flipper!

Merci aux éditions Sonatine pour cette réédition excellente!

SORTIE le 19 AOÛT 2010

Publicités


Catégories :LECTURES, POLARS / THRILLERS / FRISSONS, Rentrée littéraire 2010

16 réponses

  1. Je ne suis pas sûre que j’aimerais… j’ai un a priori contre la violence gratuite, même teintée d’humour. 😉

  2. D’habitude je ne suis pas très livres gores mais ce côté un peu pince-sans-rire me tente assez. Je note, un bon thriller Sonatine, ça ne se refuse pas.

    • Celui-ci n’est pas gore, loin de là, il y a juste des scènes violentes comme tout bon thriller. Sonatine fait toujours les choses comme il faut! Donc pas de déception!

  3. Je crois que celui-ci me plairait davantage que ma dernière lecture (de chez Sonatine d’ailleurs) !
    Il a un petit côté Dexter, non, ce Joe Middleton?

  4. C’est Dexter ? !!!!!
    Je note (forcément)!!!!!

  5. Je ne le louperai pas celui-là !
    🙂

  6. Bon je ne suis pas la seule apparemment mais il me fait penser à Dexter (sans le « code » semble-t-il) donc c’est forcément tentant…

  7. Il est dans ma PAL car je ne peux résister à l’humour noir (et puis, la Nouvelle-Zélande dans un policier, ça change un peu et ça me rappellera mes voyages !)

  8. Je viens de finir le livre et je ne suis pas aussi emballé que toi. D’accord avec toi pour l’humour noir mais l’intérêt pour l’intrigue se dilue au fil du livre.

    • Peut être un chouilla en effet mais globalement j’ai trouvé que ça se tenait pas mal. On ne peut pas gagner à tous les coups! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :