Cronos

Cronos de Linda Lê chez Bourgois

Comment lire une fable lugubre et violente sans en être dégouté ?

Réponse: en lisant du Linda Lê.

Cronos n’est que violence gratuite ou non, dans un monde irréel et à une époque indéfinie.

Zaroffcity. Deux absolutistes détiennent le pouvoir: le Grand Guide dit Zaroff, et son ministre Karaci, véritable bête sanguinaire corrompue par le pouvoir et sans pitié aucune. La Terreur est reine, le sang coule à flot partout contre qui se range du mauvais coté, pour des innocents aussi. Les faibles, les intellectuels et les esthètes, les jeunes filles et j’en passe sont les victimes principales de cette dictature féroce. Ils n’ont aucune chance de s’en sortir. Cronos décrit cette société fondée sur le crime et la soumission. Mais Una, une jeune femme devenue l’épouse de Karaci pour sauver son vieux père sénile et ancien astronome, nous raconte la vie de son point de vue à elle. Celui d’une opprimée devenue femme d’un bourreau malgré elle. Elle lutte quotidiennement et se fait rabrouer continuellement mais, sous l’oeil implacable de son mari, elle écrit des lettres à son frère fugitif et lui raconte.

C’est à travers ces lettres que nous soufflons légèrement et que nous apprenons aussi d’autres détails de la vie sous ce ministère. Sa vie, ses espérances, son père dont elle s’occupe et ce petit garçon qui la prend comme amie, Marko, nous sont racontés avec une telle subtilité et profondeur que la dureté du reste du roman n’en parait que plus triste et terrible.

Cronos est une image terrible des pires actes de notre Histoire. Raconté comme un conte moderne, il met à nu les excès d’une dictature mais également le sacrifice d’une femme pour l’amour de son peuple et des siens.

Linda Lê excelle, comme toujours, dans ces romans sortis de nulle part. Abstrait, à la limite de la philosophie, critique acerbe et brutale d’une société qui ressemble à ce que l’on pourrait connaitre, Cronos est un roman parfait. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il déploie une force terrifiante grâce à l’écriture superbe de l’auteur, toujours extrêmement littéraire, avec un vocabulaire fouillé et juste. Aussi parce qu’il nous raconte de façon abstraite et sans précision d’actes et de périodes qui nous parle à tous.

Grinçant et accusateur, profond et magnifique, Cronos est une fois de plus une pure beauté littéraire.

Le soldat frappe à coups de crosse l’homme qui serre le livre contre lui.

Cette phrase résume à elle seule tout le roman. Alternant entre un pourvoir violent et vulgaire, des lettres tristes, distinguées mais remplies d’espoir, des portraits de personnages dont le dénouement est sordide, Linda Lê nous invite à vibrer aux rythmes de ces évènements innommables.

Cronos est un excellent roman qui confirme le talent indéniable de Linda Lê.

Publicités


Catégories :COUPS DE COEUR, LECTURES, Littérature Française, Rentrée littéraire 2010

7 réponses

  1. zaroff, comme « affroz »/ affreux, karaci comme la ville ?
    cronos, comme Cronos/Kronos qui dévoraient ses enfants ??? (qui a fini par recracher ?)

    cela me rappelle un film de science fiction…

  2. Ah là là ! J’ai lu pas mal d’articles sur ce livre dans la presse. Il est noté dans ma liste, il ne me reste plus qu’à trouver le temps pour le lire.
    En tous cas, ton billet me rend impatiente de m’y attaquer…

  3. Ca me fait un peu peur, malgré ta critique élogieuse… je suis facilement dégoûtée, faut dire…

  4. Ben voilà, j’ai failli le prendre à la bibliothèque aujourd’hui, et je l’ai délaissé pour le dernier Nancy Huston. Ton billet me le fait regretter, je pense en effet qu’il s’agit d’un très bon roman !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :