Voyage au Bout de la Nuit

Voyage au bout de la Nuit de Céline chez Folio

Tout le monde connait ce cher Louis Ferdinand Auguste Destouches, autrement appelé Céline, l’un des plus grands écrivains français du XXème siècle après Marcel Proust. Mais qui a réellement succombé à ces écrits ?

Je m’attarderais sûrement sur cet auteur hors du commun dans ma rubrique Biographie mais plus tard. Aujourd’hui, je vous parle de son premier roman, publié en 1932: Voyage au bout de la Nuit.

Ce roman phare de l’oeuvre de Céline a manqué de peu le prix Goncourt mais reçoit quand même le prix Renaudot en 1932. Même les préjugés les plus extrêmes ne doivent pas l’oublier.

Ce roman est principalement autobiographique et au travers d’un personnage que l’on assimile parfaitement à Céline, soit Ferdinand Bardamu, nous voyageons dans l’antre sombre et terriblement cru de la vie de tous les jours.

Tout commence avec la guerre, la grande, la vraie, celle de 1914, où Céline se rend compte du monde qui l’entoure et de son imbécilité. Il est contre tout et veut en finir avec ses batailles incessantes. Il dénigre la guerre comme jamais. La lâcheté sera pour lui un échappatoire raisonnable. Il se retrouvera, au gré des situations, sur un navire en partance pour l’Afrique. Il y rencontrera des personnages « sanguinaires » qui ne souhaiteront qu’une chose: se faire ce blanc bec aux idées arrêtées une bonne fois pour toute. La fuite sera une fois de plus son alliée et elle l’emmènera après maintes péripéties dans une ville dont le monde entier rêve: New York. C’est là que son animosité envers les hommes, lui-même et la société capitaliste par excellence, s’échauffe. Il dénonce encore et toujours. Il crie haut et fort ses opinions. Il crache, il rale, il réfléchit. Viendra plus tard Rancy, où il s’installe comme médecin. Son dégoût de l’argent le mènera bien loin pourtant.

Je ne peux que parcourir en très grandes lignes cet ouvrage d’une qualité littéraire exceptionnelle. Plus qu’un roman scandaleux, surtout pour l’époque, c’est aussi et surtout un ouvrage intemporel et incroyable. Une telle écriture bât tous les records. Il détrône bon nombre d’écrivains français (je ne parlerais que de ceux là) par la tournure de ces phrases, les enchainements des évènements, la lecture fluide et vive, vivante comme jamais. Mais surtout, surtout, cet argot si personnel vaut de l’or. Jamais un auteur français n’a fait de même dans un texte entier. A la fois fin, précis, violent, intelligent et vivace, ce nouveau langage déroute et ravit sans conteste. Enfin, à l’époque, les choses sont appelées telles qu’elles sont, un chat est un chat, un con est un con, point final. Ce vocabulaire est tellement naturel chez Céline, ça passe sans que l’on s’en aperçoive, que même des écrivains contemporains ne lui arrivent pas à la cheville. Le langage parlé de Céline est juste délectable.

Antinationaliste, anticolonialiste, anticapitaliste, anarchiste, Voyage au bout de la Nuit est un chef d’oeuvre. Une oeuvre remarquable qui connait malgré tout beaucoup trop de préjugés à cause du personnage. D’ailleurs, j’en ai eu aussi avant de lire Céline. Ce refus total de romantisme et d’idéalisme est génial. Le but primitif de Céline: la vérité. Quoi de plus fort ?

Petit extrait d’un passage qui me parle particulièrement:

Un peu meilleur l’endroit dans les débuts, forcément, parce qu’il faut toujours un peu de temps pour que les gens arrivent à vous connaitre, et pour qu’ils se mettent en train et trouvent le truc pour vous nuire. Tant qu’ils cherchent encore l’endroit par où c’est le plus facile de vous faire du mal, on a un peu de tranquillité, mais dès qu’ils ont trouvé  le joint alors ça redevient du pareil au même partout. En sommes c’est le petit délai où on est inconnu dans chaque endroit nouveau qu’est le plus agréable. Après c’est la même vacherie qui recommence. C’est leur nature. Le tout c’est de ne pas attendre trop longtemps qu’ils aient bien appris votre faiblesse les copains. Il faut écraser les punaises avant qu’elles aient retrouvé leurs fentes. Pas vrai ?

Roman inclassable, splendide, terrifiant de vérité, dénonçant la nature humaine dans le fond et la forme, Voyage au bout de la Nuit m’a complètement bouleversé. C’est un livre qui reste ancré dans votre esprit longtemps, très longtemps!

Publicités


Catégories :COUPS DE COEUR, LECTURES, Littérature Française

12 réponses

  1. L’auteur ne me parait pas sympathique, mais si le style est frappant, pourquoi pas?

  2. je l’ai lu il y a longtemps : c’est une grande oeuvre, qui reste longtemps après dans les esprits.

  3. Il est dans ma PAL depuis des années mais quand je lis l’extrait que tu as posté, je crois que je vais l’y laisser encore un peu ! Je n’accroche pas franchement au style !

    • Dommage! C’est un livre incroyable mais j’avoue qu’il faut passer les premières pages pour bien se familiariser avec l’écriture.

  4. Et même des années après l’avoir lu….

  5. Un chef d’oeuvre, nous sommes entièrement d’accord…
    Mon billet (certes un peu ancien) ici :
    http://bookin-ingannmic.blogspot.com/2010/01/voyage-au-bout-de-la-nuit-louis.html
    J’ai lu également Mort à crédit, qui est tout aussi époustouflant…

    • Il faut que je lise Mort à Crédit, je l’ai d’ailleurs commencé mais j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans. A retenter! merci de ta visite!

  6. Chef-d’oeuvre qui s’est fait une place dans mon top 5 dès sa lecture achevée ! « Il crache, il râle, il réfléchit. » : c’est bien Bardamu !
    Tu as pu retourner vers « Mort à Crédit » après ta première tentative ? Le voyage m’a fait l’effet d’une promenade de santé en comparaison. Il y a vraiment des passages où il faut « s’accrocher » ! L’incipit, très célèbre, est un de me plus beaux moments de lecteur. C’est très beau. « Nous voici encore seuls… »

    • Chef d’oeuvre dans mon coeur également !
      Par contre, je n’ai toujours pas réussi à me remettre à Mort à Crédit. Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut s’accrocher. Mais je ne perd pas espoir. Quant à Voyage au bout de la nuit, je crois que c’est l’un des romans qui m’a le plus bouleversé depuis que je sais lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :