Le Procès

Le Procès de Franz Kafka chez folio

Second roman de Kafka qui me passe entre les mains et second roman tout court de Kafka. Ecrit en 1925, ce texte est exceptionnellement curieux.

Après cette lecture, j’en suis toute éberluée. Comment peut-on écrire un truc pareil ?

Je m’explique:

L’histoire est simple. Il s’agit d’un homme, Joseph K., nous n’en saurons pas plus sur sa personnalité ni sur son identité. Un matin comme un autre, de ces matins où tout semble rouler comme sur des roulettes, deux hommes débarquent dans son logis.

Qui sont ils ? D’où sortent ils ? Et pourquoi pénétrer ainsi chez Joseph K., de bon matin, sans en avoir été convié ?

Mais ce n’est pas tout. Déjà qu’ils s’introduisent sans permission chez Joseph, que celui ci n’a pas reçu son déjeuner matinal et voila qu’en plus, les deux énergumènes habillés avec d’étranges parkas pleines de poches lui annoncent tout de go qu’il est en état arrestation. On rêve !

Voila l’accroche de ce roman très très particulier.

Les évènements se suivent et ne se ressemblent pas. Les diverses critiques que j’ai pu avoir sur l’univers farfelu de Kafka sont définitivement confirmées dorénavant. En effet, notre Joseph K., plus souvent nommé K., rencontre un tas de personnages loufoques ou juste bizarres. Il cherche à tout prix à se défendre de cette subite accusation sans être entièrement convaincu du bon chemin à prendre d’ailleurs. Tout serait il qu’une vulgaire mascarade ? Qui peut se faire arrêter comme ça, un bon matin sans avoir à se reprocher ? D’ailleurs il ne connait ni le motif ni l’accusateur ni rien du tout. Nous autres lecteurs, nous n’en saurons pas plus que lui. Ce qui donne une atmosphère floue, qui sort de nulle part et qui est un prétexte à critiquer la société. K., donc, rencontre avocats, peintre, femmes ou procureur, tous plus suspicieux les uns que les autres. Mais le but final est bien de montrer l’absurdité incroyable de la société et de cette accusation. A force, Joseph commence même à se prendre au jeu. Il cherche à connaitre un maximun ce nouveau monde qu’est la justice pour mieux se défendre et appréhender son procès. Parce qu’il s’agit bien là du thème principal du roman même si beaucoup de tergiversions ont lieu. Ce mystérieux procès n’est pas un leurre et c’est bien ça qui fait flipper notre héros. Mais le temps est incertain, rien n’est concrètement défini, du coup nous sommes comme dans une sorte de buée constante à tous niveaux de l’intrigue.

Bref, Le Procès est un roman spécial, étrange, obscure mais très intéressant. On comprend tout de suite la situation hors du commun que va vivre K. Mais comment en donner une explication logique ou un temps soit peu réaliste. Kafka réussit à nous emballer par cette histoire farfelue. Rien ne tourne rond ici: on découvre des femmes aux moeurs libérées ou des agents de la justice en train de recevoir une drôle de correction. Hors contexte, tout est insensé, c’est certain. Et pourtant, même au coeur de l’histoire certains évènements sont tout autant insensés. Mais finalement, n’est ce pas la pâte si particulière de Kafka ?

En tout cas, le lecteur est pris malgré lui par une sorte de convulsion qui le fait avancé dans le roman s’en s’arrêter. C’est ce qui m’ai arrivé. Un roman étrange, sombre et glauque mais avec un véritable message sur la justice et les sociétés contemporaines. La bureaucratie et les systèmes judiciaires sont loin d’être les amis des citoyens selon lui. Ils ont une emprise négative sur l’individu qui peut être totalement incompréhensible d’ailleurs par ces derniers. L’écrasement de l’homme au sens propre comme au figuré et globalement la condition humaine sont les thèmes majeurs de l’oeuvre de Kafka notamment du Procès.

Parce qu’au final, la seule chose dont Joseph K. puisse se rendre coupable c’est simplement d’être humain. Drôle de situation. C’est un thème qui revient souvent chez Kafka: l’humanité ou plutôt l’inhumanité. La fin du roman est plutôt brutale et peut paraître choquante. Et pourtant elle résume parfaitement les idées de Kafka et donne le fin mot de l’histoire. C’est en lisant le dernier chapitre que l’on comprend le pourquoi du comment. Après, faut il relire cet oppressant roman, rien n’est moins sûr !

Traduit de l’allemand par Alexandre Vialatte / 375 pages / 5,70€ / 9782070378401

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Allemande

18 réponses

  1. Je viens de terminer un récit sur cinq ans au goulag, après une arrestation et pas vraiment de procès, eh bien on est dans la même atmosphère…Ecrit en 1925? prémonitoire, hélas…

  2. Ce livre est une sombre merveille. Je l’ai lu deux fois et il ne faudrait pas trop me pousser pour que je le reprenne de nouveau. Son recueil de nouvelles « La métamorphose » est incroyablement bon aussi. Par contre j’ai moins aimé « Le Château »…

    • « Sombre merveille » c’est ça ! La Métamorphose, j’ai vraiment beaucoup aimé. Le Chateau m’attend gentiment à Paris.

  3. C’est un des classiques (parmi tant d’autres !) que je n’ai pas encore lus alors que je promets de le faire depuis des années !!! Il faudra bien un jour que je me décide 😉

    • Tu sais il se lit d’une traite. C’est tellement particulier que ta curiosité prend le pas sur tout le reste. Du coup, tu l’as terminé ni vu ni connu !

  4. Un très bon souvenir de lecture de quand j’étais ado.

  5. Je n’ai jamais lu Kafka…

  6. Aaaah Kafka … Ce procès là m’a fait écrire des tonnes et des tonnes de pages ! 😉

  7. C’est l’un de mes livres préférés, et Kafka est l’un de mes auteurs préférés tout court depuis l’année dernière.
    Tu as raison, c’est déstabilisant, mais surtout génial. J’ai beaucoup aimé le film qu’Orson Welles en a tiré.

  8. Je veux le lire depuis des années, sans jamais osé. J’ai lu des essais sur le procès, des billets… mais je n’ai jamais lu le roman. Il faudra bien que je m’y frotte un jour!

    • Tu devrais le lire parce qu’il passe comme une lettre à la poste. Je l’ai lu en moins d’une journée tellement c’est envoutant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :