Alim le Tanneur

Alim le Tanneur de Wilfried Lupano et Virginie Augustin

Dans l’Empire de Jésameth, être un hors-caste, c’est n’être pas tout à fait un homme. Alim est de ceux-là. Tanneur de profession, il a la charge de recycler les corps sans vie des sirènes tueuses qui viennent s’échouer sur les plages de la cité impériale. Mais le destin redistribue parfois les rôles. Un soir pas comme les autres, l’océan vient confier au plus humble des hommes le plus grand des secrets.

Je lis peu de bandes dessinées mais lorsque je tombe sur une BD vraiment chouette, je ne la lâche pas. Et c’est le cas avec cette série Alim le Tanneur. Une histoire toute simple si on y regarde de plus près: un jeune hors caste et sa petite fille, Bul, qui découvre bien malgré eux ce qui va changer leur vie pour toujours.

Mais ils ne sont pas seuls. Leur périple sera accompagné, du moins en partie, par le grand-père aussi. Un personnage haut en couleur qui n’hésitera pas pour les sauver des dangers ou pour lacher une bonne vanne de temps en temps !

Au fil du temps, Alim et Bul rencontrent autant de camarades de route que de dangers toujours liés à une croyance mystique que Bul n’a de cesse de renier. Car cette Bul est une sacrée nana: elle court partout, saute, crie, danse et en fait voir de toutes les couleurs à son gentil Alim. Et ce ne sera pas pour le bien de tout le monde.

Malgré une vie jusque là paisible même s’ils vivent en dehors de la société à cause de leur statut social, leur découverte va les mener sur les chemins les plus dangereux. Mais ce sera sans compter sur leur peuple qui veut leur mort. Le plus vil des guerriers est à leur poursuite ce qui n’arrange pas leurs affaires déjà mal barrées !

N’en racontant pas plus, ce serait tout gâcher !

Qu’est ce qui m’a fait lire cette BD ? son graphisme principalement. Virginie Augustin excelle pour mettre une dose de douceur qui change souvent la donne dans cette histoire.

Grâce à son dessin doux, rond et subtil, la violence de certains passages prend une autre dimension. Les couleurs sont magnifiques, à la fois douces et franches. Du coup, le scénario de Wilfried Lupano attire encore plus l’attention. Lupano et Augustin: un duo gagnant pour une série mélant fantastique, histoire, religion, voyage et guerre, amour et fraternité.

Un récit complet qui nous fait voyager très loin tant par les illustrations que par l’intrigue. Mais finalement, Alim le Tanneur nous fait aussi réfléchir sur la condition des hommes et le pouvoir des croyances.

Au total: quatre tomes tous plus géniaux les uns que les autres.

Allez un bémol tout de même: Alim Le Tanneur se lit beaucoup trop vite voyons !

  • Tome 1 : Le Secret des eaux (2004)
  • Tome 2 : Le Vent de l’exil (2006)
  • Tome 3 : La terre du prophète pâle (2007)
  • Tome 4 : Là où brûlent les regards (2009)

Publicités


Catégories :BD, LECTURES

2 réponses

  1. Ah oui, tiens, j’avis lu et apprécié les premiers tomes ! Il faudrait que je complète ma série ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :