Allmen et les libellules

Allmen et les libellules de Martin Suter

Du Martin Suter en veux tu en voila !

Avec cet auteur, il y a une chose d’indéniable: on ne se lasse jamais et ces romans sont tous et toujours de qualité. Pour ma part, j’adore tout simplement. Et c’est pourquoi, je suis partie pour lire tous ces romans. Après Small World, magnifique, me voila en tête à tête avec une espèce de gentleman cambrioleur des plus charmants. Ce qui est marrant chez Suter, c’est le coté bling bling, luxe et volupté que l’on retrouve dans quasiment tous ces romans. Je n’aime pas du tout cette atmosphère, surtout dans la littérature où bien souvent c’est too much et lourdingue. Et pourtant, Suter réussit à m’emmener dans ces intrigues en quelques mots. C’est juste génial.

Allmen et les libellules: on s’attend à une histoire mignonnette. Quel rapport entre un jeune bourgeois passionné d’art et les libellules ? Nous l’apprenons bien assez vite et du coup le titre prend toute son ampleur. Allmen est un jeune riche désargenté, ne pouvant vivre sans un minimum de luxe autour de lui. J’entends par là une limousine ou des objets d’art. Mais pour lui, c’est normal. Allons bon ! A coté de ça, et c’est une sorte de paradoxe, il y a Carlos, son homme à tout faire, sans papier et à l’humeur subtile.

Johann Friedrich von Allmen, la quarantaine élégante, collectionne les œuvres d’art. Une occupation devenue dangereuse pour ce dilettante séducteur et raffiné depuis qu’il a dilapidé la fortune familiale et s’est attiré la rancœur de certains proches, victimes de ses trafics. Il doit se résoudre à se séparer de bon nombre d’œuvres et s’installe dans la maison du jardinier en compagnie de Carlos, son fidèle majordome guatémaltèque.

Une rencontre fortuite avec une femme incroyable appelée Jojo va bouleverser le quotidien plus ou moins compliqué d’Allmen. C’est la découverte d’une collection de coupes style Art nouveau aux motifs en libellules qui va faire exploser une vie bien cadrée.

S’en suit, un crime, un trafic douteux, des demandes d’argent exorbitantes… bref, pour Allmen il n’y a qu’une seule solution: devenir un gentleman cambrioleur pour régler ses dettes et qui sait, en faire son métier.

Avec Allmen et les libellules, Suter démarre lentement une série qui, je n’en doute pas, va être bien sympathique. Dans ce premier opus, les éléments se mettent doucement en place: la vie d’Allmen, ses questionnements face à son destin, son fidèle Carlos, les dettes, l’art et la capacité d’Allmen à changer de vie. Le début du roman est lent selon moi mais lorsque l’on pense qu’il s’agit d’une série avec des personnages récurrents, ça passe très bien.

Le rythme va crescendo comme d’habitude je dirais. Tout doux au début pour ne plus s’arrêter dans les rebondissements et les scènes parfois loufoques. Roman noir certes, mais aussi intrigue policière parce que notre Allmen, à qui l’on s’attache beaucoup, doit mener une enquête sur un crime odieux. Tout le ramène à sa petite personne.

La psychologie des personnages est bonne, Suter voit juste une fois de plus. Avec ces airs de ne pas trop y toucher, il marque des points parce que ces personnages sont toujours très efficaces.

Alors évidemment, en comparaison de ces fabuleux romans tels que Small World ou Un Ami Parfait, il n’y a rien à voir. La pâte est moins ambitieuse, moins documentée et plus légère. Au début de ma lecture, je me suis demandée pourquoi une telle baisse de régime ? A vrai dire, je crois qu’il se lance dans une série policière facile et simple. Et lorsque l’on lit ce roman sans se prendre la tête ou s’arracher les cheveux, je dois avouer que c’est très très agréable. En tout cas, Allmen et ces histoires de libellules de verre m’a plu et je lirais avec un certain plaisir la suite de ces aventures. Et je ne crois pas me tromper en disant que les prochains volumes de cette série seront plus mouvementés et complexes.

Bref, dans Allmen et les libellules, on retrouve tout un monde riche et intrigant et pour cause:

Cette histoire est fondée sur un fait divers : le 27 octobre 2004, cinq coupes de Gallé aux motifs de libellules ont été volées en Suisse. L’enquête est toujours en cours. La police ne délivre pas d’informations. Suter nous donne sa version, mais peut-être pas seulement. Il est arrivé à plus d’un écrivain d’inventer une réalité et de s’apercevoir ensuite que cette fiction correspondait exactement à ce qui s’était passé. Ce serait un charme supplémentaire. Allmen, toxicomane de la lecture,« croyait que chaque livre avait son secret… et que c’était ce secret qu’il devait éventer. » Le Monde

Alors je ne saurais que trop vous encourager à lire les aventures délicieuses d’Allmen, elles valent carrément le détour. Martin Suter à lui tout seul d’ailleurs.

Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni / Christian Bourgois / Mai 2011 / 168 pages / 9782267021738

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Allemande, ROMANS NOIRS

6 réponses

  1. J’ai très envie de découvrir cet auteur, avec ce titre pourquoi, un peu de légèreté, c’est pas mal non plus.

    • Tout à fait. Ce titre est un bon moyen de découvrir cet auteur. Mais le mieux serait encore de lire Small World ou Un Ami Parfait.

  2. Décidément, quel enthousiasme pour Suter. Encore un billet comme ça et j’abandonne toutes mes lectures en cours pour sauter sur un de ses livres 😉

    • Je sais mais j’adore cet auteur et je suis en train de tous les lire, tout du moins ceux que je n’ai pas encore lu. C’est un auteur très interessant qui cache bien son jeu je trouve !

  3. J’ai aussi l’impression que les suivants seront plus « denses », peut-être. J’ai en tout cas passé un très bon moment avec celui-ci, l’air de rien, comme tu le dis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :