Le Diable de Milan

Le Diable de Milan de Martin Suter

Je suis obligée de vous noter la quatrième de couverture. C’est facile mais parfois c’est tellement bon que ça vaut vraiment la peine de la lire.

Lorsque Sonia, une jeune femme tout juste sortie d’un mariage étouffant et tumultueux, quitte sa ville pour aller travailler dans un hôtel de luxe à la montagne, elle ne se doute pas un instant de ce qui l’attend. Dans la lourdeur paysanne de l’Engadine, ce vieil hôtel chargé d’histoire mais doté d’un espace forme ultramoderne accueille des patients en cure. ( … ) Suter met ici sa plume au service d’un véritable travail de peintre entre le vert sombre des épicéas, le noir des orages, le blanc de la neige et l’argent de cet espace forme high tech où tout semble pouvoir arriver. Ce nouveau thriller psychologique n’en a que plus de relief et d’efficacité et s’achève sur une scène stupéfiante qu’un Hitchcock n’aurait pas reniée.

Voila tout est dit et tout est vrai. J’aime quand les quatrièmes de couverture donnent l’eau à la bouche avec autant de mystère.

Ce qui est excellent dans Le Diable de Milan, c’est le mystère qui y règne à toutes les pages. Le début avec Sonia est relativement tranquille mais on se rend vite compte tout de même que quelque chose cloche, et surtout qu’un mal étrange rôde dans sa vie. Mais lorsqu’elle part loin de son quotidien et qu’elle croit retrouver un peu de sérénité, tout repart de plus belle.

De scènes cocasses en péripéties plus qu’étranges, Le Diable de Milan est réellement un thriller psychologique haletant mené de main de maître. C’est du Suter tout craché: un contexte relativement glamour et chic, des personnages bien campés avec des caractères bien trempés, une ambiance générale intrigante et mystérieuse mais toujours avec une écriture fluide et accrocheuse.

Tout est suspect dans ce livre. Les personnages secondaires, qui étoffent juste l’intrigue, deviennent soudainement suspect numéro un pour notre imagination. C’est que Suter a le don de nous faire tourner en bourrique de façon subtile, sans y toucher.

Alors j’ai aimé Le Diable de Milan. On se sent happé par l’histoire tout de suite. Mi-fantasque, mi-paranoïaque, Le Diable de Milan cache bien son jeu pour notre plus grand plaisir. Seule la fin m’a laissé un peu amère: trop facile et pas aussi fine et construite que l’ensemble du texte.

Pour le reste, il s’agit effectivement d’une excellente adaptation de l’ambiance d’Hitchcock où le mystérieux prend vite le pas sur la réalité. Roman d’ambiance au final plus que thriller malgré tout, Le Diable de Milan pénètre notre esprit avec beaucoup de facilité !

Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni / Christian Bourgois / août 2006 / 311 pages / 9782267018486

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Allemande

6 réponses

  1. Je craque! A lire tes billets sur Martin Suter (même si je ne commente pas, je les remarque!) il me semble que je vais tenter. Un de mes biblis en a deux, donc une histoire de cuisinier. Je peux tenter?

    • Tout à fait, il s’agit du roman Le Cuisinier. Il est tout aussi excellent mêlant enquête policière et histoires de moeurs. Tous les Martin Suter sont à lire bien que Small World soit le meilleur. Je suis contente que mes billets te donnent envie de découvrir cet auteur.

  2. J’ai aussi découvert avec plaisir Martin Suter en commençant par « Le diable de Milan », puis « Small Word ». Je pense aussi continuer à découvrir cet auteur.

  3. Ah, celui-ci aussi pourrait bien me tenter … je verrai bien lequel des deux titres notés de cet auteur je trouverai en premier à la biblio 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :