Le Fils de Bakounine

Le Fils de Bakounine de Sergio Atzeni

Phebus quand tu nous tiens ! Je ne résiste pas à cette collection Libretto. Tous les titres sont excellents et parfois pointus pour mon plus grand plaisir.

Cette fois mon dévolu s’est porté sur Le Fils de Bakounine, un tout petit roman très étrange construit sur des faits relatés par diverses personnes, des souvenirs, des rumeurs, afin de raconter la vie d’un personnage étonnant: Tullio Saba.

Va à Guspini, les Guspinois ont une bonne mémoire, c’était un des leurs, ils savent tout, si tu demandes ils raconteront. » Ainsi débute une étrange quête menée par un jeune homme à la demande de sa mère. Ses questions réveillent le passé d’un village qui enjolive ou déforme et dressent le portrait d’un absent : un homme envoyé au diable par les uns, respecté par les autres, et devenu avec le temps une sorte de légende. Qui était réellement ce Tullio Saba dit « le fils de Bakounine » dont les veines charriaient le sang de la révolte ? Un simple mineur ? Un dynamiteur dangereux ? Un copain fanfaron séducteur de femmes ? Au-delà de son mystère se recompose au fil des réponses le visage d’une Sardaigne marquée par l’émer-gence du fascisme. La mère avait prévenu : « … tu découvriras ce qui reste d’un homme, après sa mort, dans la mémoire et les paroles d’autrui.

En lisant ce roman, nous comprenons bien vite que la seule et unique ligne conductrice du roman est constituée des témoignages des différents protagonistes. D’où l’étrangeté du roman mais au final, l’intrigue est complète et finement tissée. On découvre un Tullio Saba particulièrement intéressant magnifié par les on dit des uns et des autres.

Pour autant, Le Fils de Bakounine, parle beaucoup de la Sardaigne et de sa période fasciste trop prononcée.

Le Fils de Bakounine est le roman d’un homme mais aussi et surtout le roman d’un pays tyrannisé.

En bref: Très intéressant et intelligent. Je ne peux que le recommander !

Un grand merci à Denis des éditions Phebus.

Traduit de l’italien par Marc Porcu / Phebus Libretto / Mai 2011 / 128 pages / 9782752905529

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Italienne

2 réponses

  1. A priori, pas trop le livre que je lirais… mais Dominique, puis toi, êtes convaincantes!

    • En effet, on peu resté dubitatif face à ce court roman mais une fois refermé, on se rend compte de ce que l’on vient de lire et c’est raiment une bonne surprise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :