Vacances avec Papa

Vacances avec Papa de Dora Heldt

Si vous cherchez un roman léger pour les vacances, avec de la tendresse et beaucoup d’humour, lisez Vacances avec Papa.

Il s’agit là d’un roman doux et amer sur les relations père/ fille.

Lorsque l’on a passé l’âge de partir en vacances avec ses parents, comment réagit-on à l’annonce d’un départ imminent avec son père caractériel ? C’est ce que nous explique avec un ton vraiment plaisant Dora Heldt. A croire qu’elle l’a vécu. Les évènements relatés sont vraiment précis et tout lecteur peut s’identifier aux personnages.

Alors qu’elle s’apprête à partir sur l’île Norderney pour rénover une pension de famille, Christine, 45 ans, se retrouve dans l’obligation d’emmener son père avec elle. A 73 ans, l’homme se mêle de tout et critique, mais la relation houleuse qu’il entretient avec sa fille est aussi pleine de tendresse.

Pourquoi ce livre ? C’est un cadeau. Et ce qui est excellent c’est que j’ai découvert une auteure et un roman que je n’aurais jamais découvert seule.

Alors on passe un bon moment voire très bon. On se laisse porter par les élucubrations de ce vieil homme, fou de sa fille, mais qui ne laissera pas son confort se dégrader. Il est là et il y reste, peu importe que sa fille souhaite flirter ou non.

Exigeant, il l’est.

Chiant, il l’est.

Intenable, il l’est.

Mais il est aussi drôle, émouvant, touchant et … horripilant !

Malgré ces « légers » défauts, on l’adore ce p’tit papa qui est ravi de partir en vacances avec sa fille et ses amies. Alors, nous lecteurs, nous lui passons beaucoup de choses, qui dans la vraie vie feraient l’objet de crises de nerf et de conflits familiaux. Mais au fond, Vacances avec Papa est un roman léger et simple qui nous montre à quel point les relations père / fille peuvent être fortes.

Je recommande ce roman sans prétention pour rire et jaser sur sa vie et sur son papa. J’ai aimé, évidemment, même si ce n’est pas le roman dont je me souviendrai toute ma vie. On passe un très bon moment de lecture en tout cas.

Connaissez vous le film Tatie Danielle d’Etienne Chatiliez ? Et bien Vacances avec Papa est un dans le même genre, sauf que l’on a un peu moins envie de tuer le petit vieux. Mais il faut tout de même se le coltiner !

Pour le plaisir, un petit extrait:

– Ce n’est que pour deux semaines, me dit ma mère avec gentillesse mais fermeté.
J’avais eu un mauvais pressentiment dès le début de cette conversation.
– Et il s’agit de ton père. J’en connais, des enfants, qui sauteraient de joie.
– Comment ça, des enfants ? J’ai quarante-cinq ans ! Je n’aurais pas dû m’aventurer sur ce terrain-là, mais, de toute façon, ma mère fit mine de n’avoir rien entendu.
– Je lui ai dit que son aide serait la bienvenue, étant donné le coût de la main-d’oeuvre sur l’île. En plus, les ouvriers n’en font qu’à leur tête dès qu’on a le dos tourné. Il pourra superviser les travaux et mettre la main à la pâte de temps en temps. Tu sais qu’il adore se rendre utile.
À mon tour de répondre :
– Écoute, maman, si je vais à Norderney, c’est pour aider Marlène à rénover sa pension de famille et son café. Je n’aurai pas le temps de m’occuper de pa…
– Justement, il ne demande pas beaucoup d’attention. Il est parfaitement autonome. Et, après tout, vous serez bien obligées de vous préparer à manger, donc vous en profiterez pour lui donner un petit quelque chose. Le soir, il se contente d’un repas léger, et vous pourrez lui acheter des gâteaux pour le goûter, histoire de ne pas donner trop de travail à Marlène.
Depuis quand mon père était-il parfaitement autonome ? La dernière fois que j’étais allée voir mes parents, six semaines auparavant, ce n’était pas le cas. Loin de là. Ma voix trahissait l’angoisse qui montait en moi et que j’avais le plus grand mal à contenir.
– Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, maman. Je…
– Je ne t’ai jamais demandé aucun service, Christine. Mais là, il y a urgence. Je vais être hospitalisée pendant deux semaines, et il est hors de question que je laisse Heinz seul à la maison.
– Je croyais qu’il était parfaitement autonome.
– Pas en ce qui concerne les tâches ménagères. Maintenant, écoute-moi. C’est ton père, deux semaines avec lui, ce n’est pas la mer à boire. En plus, tu seras en vacances. Ne te braque pas comme ça. Depuis le temps qu’il veut aller à Norderney…
– Mais je n’aurai absolument pas le temps de m’occuper de lui. Et comment…
– Tu verras, tout se passera bien.

Un roman plaisant qui mérite le détour. Dora Heldt est une ancienne libraire en plus et son roman n’a figuré que 61 semaines d’affilées dans la liste des meilleures ventes du Spiegel en Allemagne. ça veut tout dire !

Traduit de l’allemand par Penny Lewis / Archipel / Juin 2011 / 348 pages /9782809805024

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Allemande

4 réponses

  1. Marrant, vu la couverture, je pensais que c’était une BD ! 😉

  2. Voilà une couverture qui annonce une lecture bien sympa … ce que ton billet confirme ! Je note 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :