Rentrée Littéraire 2011: DEUX JEUNES ARTISTES AU CHÔMAGE

Deux jeunes artistes au chômage de Cyrille Martinez             Parution: 18 août 2011

J’ai découvert ce roman un peu par hasard. L’air de rien, il me tombe dans les bras. Curieuse de découvrir un nouveau texte et surtout un jeune écrivain, je me dis pourquoi pas.

Et c’est souvent dans ces moments là que l’on se prend une bonne baffe. Oui, je dis bien une baffe puisqu’avec Deux jeunes artistes au chômage, c’est ce que j’ai ressenti. Avec un style humoristique, léger et frais, Cyrille Martinez nous offre sur un plateau d’argent un roman sur la vie suposée d’Andy Warhol et de John Giorno (unique acteur du film d’Andy, Sleep).

Cette vie décousue et trash, mêlant poésie, littérature et art, débauche des esprits et des corps, est une sorte de manifeste sur une génération d’artistes capables du meilleur comme du pire, mais surtout en quête d’eux même.

Nous voila embarqués dans la bonne vieille ville de New York New York, où un quartier entier est dédié à la littérature. En réponse à ce quartier sélect et fermé aux non-romanciers, nait le quartier des poètes. C’est là qu’une bonne de potes, dont fait partie John, va s’installer pour vivre de leur art et vivre à un rythme de débauche totale: sexe, drogue et esprits débridés. Entre vernissages et expos, « le groupe des trois » se transforme en « groupe des quatre » jusqu’à la rencontre avec un énergumène nommé Andy.

A partir de cette rencontre décisive, nous entrons au coeur d’une relation intense entre deux hommes liés par l’art et l’amour. Nous entrons par la grande porte dans un monde gay où le plaisir rime souvent avec l’excès. Cette relation Andy /John est plaisante à découvrir. Ces personnages atypiques sont peut être légèrement stéréotypés mais l’approche est fine et légère, drôle et sans équivoque. Du coup, cette histoire parfois rocambolesque écrite de manière hachée et très dynamique, est fraîche et très plaisante.

J’ai beaucoup aimé ce roman qui n’est pas du tout le genre de littérature que je lis d’habitude. Et c’est avec plaisir que je découvre cet auteur, Cyrille Martinez, qui a un bel avenir devant lui. Son style est nouveau, il joue avec les mots, sur les répétitions redondantes, sur le mélange des genres, un peu comme un kaléidoscope qui fait défiler un max d’images en très peu de temps. C’est net et moderne et son écriture se marie parfaitement à son histoire: trash, décousue, underground, originale et colorée.

« Poète, écrivain, Cyrille Martinez a publié de nombreux textes dans des revues et publié récemment L’enlèvement de Bill Clinton aux éditions L’instant même ou Bibliographies chez Al Dante. Avec ses portraits bibliographiques d’hommes politiques, il poursuit un travail basé sur la récupération et le détournement. Slogans, discours administratifs ou politiques, textes de lois, et autres stéréotypes sont autant de matières sur lesquelles il s’appuie pour, en copier/coller, composer de petites routines qui vont donner à entendre le creux de l’époque. Et c’est dans ce creux, justement, que le vide pourra résonner. Avec l’air de ne pas y toucher, mais pas vraiment l’air de rien, Cyrille Martinez ôte à ces éléments collectés leurs atours premiers, et les délivre nus à la merci du lecteur/auditeur. Délivré de la passive convergence d’une lecture collective, celui-ci peut redevenir actif, et opérer une migration critique quant à ce qui lui est servi à longueur de plateaux. »Boris Sagit

Alors, ce que je peux vous dire pour terminer mon éloge à ce court roman, c’est lisez le sans a priori et la qualité de l’écriture fera le reste. J’espère sincèrement que Deux jeunes artistes au chômage recevra un bel accueil pendant cette rentrée littéraire.

Editions Buchet Chastel, collection Qui Vive / Aout 2011 / 128 pages / 9782283025239

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Française, Rentrée Littéraire 2011

10 réponses

  1. Le thème me plait beaucoup (et me rappelle un peu celui de « Deux personnages sur un lit avec témoins », d’Alain Absire, fiction qui retrace la relation de Francis Bacon et George Dyer.Je note d’autant plus volontiers que le nombre de pages réduit le risque éventuel de s’ennuyer.

  2. je suis ravie car il est dans ma PAL !!

  3. Espérons qu’il ne soit pas noyé par les grosses pointures.

  4. J’ai ressenti exactement la même chose que toi c’est à dire une grande claque !!!

  5. Je pense que le format est en effet bien choisi, peut-être qu’on se lasserait s’il était plus long, mais en l’état c’est une expérience étonnante !

    • Je suis d’accord avec toi. Le format est idéal car plus long je pense aussi que l’on finirait par se lasser de cette jeunesse trash et choc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :