Rentrée Littéraire 2011: SCINTILLATION

Scintillation de John Burnside                                                                     Parution: 25 août 2011

John Burnside est un étrange écrivain écossais. Avant tout poète, il reçoit en 2000 le prix Whitbread de poésie, son oeuvre est empreinte de cette marque qu’on les poètes modernes: une sensibilité exacerbée.

Dans son nouveau roman Scintillation, il aborde un sujet critique et complexe: le pouvoir de l’instinct humain. Avec Burnside, il faut toujours s’attendre à lire un roman dérangeant, déplacé ou malsain. En l’occurrence, Scintillation est dans la même lignée que ces précédents romans.

Intraville, une ville désaffectée où « survit » une population bouffée par la maladie et l’errance. C’est un univers qui fait vite penser à Tchernobyl: sombre, glauque et empoisonné. Des immeubles hantés par des bandes de mômes à la dérive et une ambiance générale viciée, on imagine très bien une espèce de brume compacte qui enveloppe cette Intraville. Le centre névralgique de cette ville est une vieille usine abandonnée depuis des lustres. Année après année, des écoliers disparaissent sans laisser de traces aux alentours de cette usine. La population n’en a que faire et l’idée du jeune qui quitte tout pour vivre loin de ce bourbier est maitresse. C’est dans ce climat malsain que nous rencontrons Léonard, et sa nouvelle bande de potes. Les disparus sont leurs camarades et ils vont à leur manière, surtout Léonard, tentés de découvrir ce qui se cache derrière ces disparitions.

Léonard aime les filles et les livres. Il a quatorze ans et vit dans une espèce de découverte de soi et de ses limites. Il vit dans un état de terreur constant et de violence. La perversion le fascine ainsi que ces amis et tout va progressivement tourner autour de cette atmosphère lugubre et dérangeante.

Ce roman est totalement impossible à résumer tellement son intrigue part dans tous les sens.

Il y a dans ce roman tous les ingrédients d’un thriller mais le lecteur est toujours pris à contrepied par la beauté de l’écriture, par les changements de point de vue et leur ambiguité, par le raffinement de la réflexion sur la façon de raconter les histoires et les abîmes les plus noirs de la psychologie. On a le souffle coupé, mais on ne sait pas si c’est par le respect et l’admiration ou par la peur. On est terrifié mais aussi touché par la grace d’un texte littéraire rare.

Voila ce que l’on peut dire de ce texte hors norme. Scintillation est exceptionnel ! C’est à la fois dur et cru et en même temps tellement poétique et pur qu’en effet, nous en restons déconcertés. J’ai été bluffée par Burnside et par la qualité de son écriture et son talent indéniable à construire une intrigue complexe, fine et cruelle.

Autant vous le dire tout de suite, pour le moment, il s’agit de mon second coup de coeur pour cette rentrée littéraire. J’avoue avoir beaucoup de mal à exprimer correctement mon ressenti face à un tel livre et j’espère que tout est plus ou moins clair pour vous. Je ne vous conseille que trop de le lire dès sa parution.

Lisez la critique sur Evene, c’est bluffant.

La maison muette sera ma prochaine lecture de cet auteur génial !

Traduit de l’anglais par Catherine Richard / Métailié / Août 2011 / 283 pages / 9782864248385

Publicités


Catégories :COUPS DE COEUR, L. Ecossaise, LECTURES, Rentrée Littéraire 2011

15 réponses

  1. Le moins qu’on puisse dire, c’est que tu as su titiller ma curiosité pour cet auteur que je ne connais pas. En revanche, après être allé lire la critique sur Evene, je ne suis plus certain d’accrocher. Je garde ces références par devers moi en attendant de lire d’autres avis qui viendront corroborer la bonne impression que ton billet m’avait laissée.

    • J’ai trouvé la critique sur Evene très « bizarre » mais étonnante. C’est pourquoi je l’ai mise en lien. Après avec Burnside, on aime ou on déteste parce que c’est très particulier. Scintillation m’a tapé dans l’oeil et j’ai hâte de lire ces autres romans.

  2. L’histoire m’aurait bien attirée mais le fait que l’auteur soit aussi un poète en plus d’écrire des romans me refroidit beaucoup. J’ai peur de trouver l’ensemble un peu trop … touffu et étanche à ma compréhension (surtout en ce moment … il me faut vraiment des phrases simples ! mdr !)

    • Le fait que Burnside soit poète n’enlève en rien à la qualité du texte bien au contraire.
      Après rien n’est pompeux comme on pourrait le croire mais il ets vrai qu’il manie très subtilement les mots mais toujours avec classe.

  3. Complètement convaincue, on dirait.

  4. Ma seconde lecture de Burnside, après Mensonge sur mon père et toujours la même claque. Il est là où on ne l’attend pas forcément avec beaucoup de talent.

    • Tout à fait ! Je suis stupéfaite de son talent d’écriture. Franchement, je me suis également prise une bonne claque !

  5. Il vient de recevoir un prix ! 😉 Et l’auteur avait l’air sympa comme tout. Je ne l’avais pas repéré, mais j’ai hâte de le lire, vu tout le bien qu’on en dit !

  6. Il vient de gagner le prix Virgin – LIRE 🙂 Je compte me le procurer prochainement 🙂

Rétroliens

  1. Scintillation de John Burnside | Chronique de livres | Scoop.it
  2. Scintillation, de John Burnside « Cannibales Lecteurs
  3. « Scintillation , John BURNSIDE | «Sur mes brizées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :