Avec le Diable

Avec le Diable de James Keene et Hillel Levin

1990 : James Keene, fils d’une famille influente de Chicago, vient d’être jugé pour trafic de drogue et condamné à dix ans de prison. Désespéré, il reçoit dans sa cellule une visite inattendue, celle de l’assistant du procureur à l’origine de sa détention. Conquis par l’intelligence et l’habileté de James, celui-ci vient lui proposer un incroyable deal : sa peine sera annulée s’il aide le FBI à piéger un serial killer, Larry Hall. Suspecté d’une vingtaine d’assassinats, Hall a été inculpé pour un seul d’entre eux lors d’un procès qui risque d’être bientôt révisé en appel, faute d’éléments suffisants. Keene devra amener le tueur à se confesser, et réunir assez de preuves contre lui pour le faire tomber définitivement. Tâche ardue, qui ne peut être confiée à un agent du FBI du fait du flair légendaire de Hall. Après quelques hésitations, Keene accepte de relever le défi. Il est alors transféré à Springfield, dans l’unité psychiatrique de la prison de haute sécurité dévolue aux criminels les plus dangereux, où Hall est détenu. Seuls le directeur et le psychiatre en chef sont au courant de sa mission. Là, au milieu des psychopathes, il va devoir gagner la confiance du plus redoutable d’entre eux pour lui faire avouer où il a caché les corps de ses victimes.

Voici un reportage, en partie romancé, écrit par un journaliste Hillel Levin et un ex-detenu James Keene.

Dans une ambiance sombre et enrobée d’un suspense très intéressant, Hillel Levin nous dresse le portrait d’un homme qui a dû s’infiltrer au sein d’un pénitencier ultra sécurisé pour le compte du FBI. Le hic est que cet homme n’est autre qu’un condamné pour trafic de drogue.

Cette histoire vraie, qui devient une spécialité chez Sonatine, est particulièrement bien construite et ficelée puisqu’elle réunit en quelques pages l’histoire personnelle de chacun des protagonistes et en particulier James Keene et Larry Hall, ainsi que des documents officiels, des témoignages et rapports de police. Mais le résultat est cohérent. Le fil de l’intrigue se tient tout à fait.

Levin et Keene n’hésitent pas à détailler l’intégration de ce dernier dans le pénitencier pour approcher Hall. Et cette partie de l’histoire est particulièrement intéressante. Il y rencontre, comme on peut s’y attendre, des détenus assez dangereux et tous pourris. Mais le but de ce texte n’étant pas la vie carcérale, le manque de profondeur du double jeu de Keene pèche un peu.

En revanche, Avec le Diable est orienté sur l’étude comportementale des sérials killers mais pas trop, juste ce qu’il faut. S’il y avait une critique négative à faire, ce serait que ce document mériterait, globalement, de plus de profondeur. Mais franchement, Avec le Diable se lit tout seul et avec beaucoup de plaisir.

Evidemment, la comparaison avec De Sang Froid de Capote, Au delà du mal de Stevens ou Un long silence de Gilmore est très vite faite et pour cause !

Traduit de l’américain par Fabrice Pointeau / Sonatine / septembre 2011 / 285 pages / 978-2355840760

Publicités


Catégories :L. Américaine, LECTURES

5 réponses

  1. Serial killer, Sonatine … rien que ça me fait noter et comme tu sembles contente de ta lecture, c’est carrément surligné ! Et je vois qu’il y a changement de décor chez toi … c’est super 🙂

  2. Tu crois que, comme pour les magazines, on peut s’abonner à Sonatine ? rires.

  3. Sonatine, c’est le mal incarné pour mon portefeuille!

  4. Ah Sonatine !!!! Ils sont forts !

  5. ce polar et tout simplement génial

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :