Le nouveau Hilsenrath !

couv_orgasme_a_moscouOrgasme à Moscou, Edgar Hilsenrath

Traduit de l’allemand par  Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb – Editions Attila – avril 2013 – 9782917084526 – 320 pages – 23 €

Pourquoi ce livre ?

Edgar Hilsenrath !

L’avis de l’éditeur:

Guerre froide, 1970. La fille du patron de la mafia new yorkaise, Anna Maria Pepperoni, connaît son premier orgasme lors d’un voyage de presse à Moscou. Le responsable ? Sergueï Mandelbaum, fils de rabbin et dissident juif fauché doté d’une étonnante propension à susciter des orgasmes. La mafia met tout en oeuvre pour le faire venir aux États-Unis afin d’épouser Anna Maria, mais le passeur qu’elle a recruté est un dangereux dépeceur sexuel. Les obstacles, et pas seulement diplomatiques, s’accumulent…

Après le succès américain du Nazi et le barbier, le cinéaste Otto Preminger commande un synopsis à Hilsenrath, qui écrit en six jours Orgasme à Moscou. Dans cette réécriture déjantée d’OSS 117, l’auteur de Fuck America abandonne toute limite et se livre à une mémorable surenchère burlesque. Truffé de références à la situation politique de l’époque, le livre, dénué de (presque) tout sérieux, est un divertissement électrique sur fond de guerre froide. À côté de toute une mafia de pacotille, le livre met aussi en scène Brejnev, Nixon, Moshe Dayan et le président du conseil italien, obsédé sexuel (déjà !)

Après ma lecture, verdict:

En fait après un tel argument de l’éditeur, je ne peux que m’incliner.

Ce roman est efficace et drôle, burlesque et politiquement incorrect.

Une fois de plus Hilsenrath nous livre un roman déjanté qui va vite, très vite et qui part dans des situations abracadabrantes ! On aime ou on déteste mais quand on aime, c’est un pur plaisir de lecture ! Répondant à une commande du cinéaste Otto Preminger, en moins d’une semaine Hilsenrath créé cet Orgasme à Moscou. Cette farce provocante, moins littéraire que ces autres textes, dénonce son époque et ses dérives. Sexe, violence, mafia, politique, tout y passe mais avec une nonchalance maîtrisée à la perfection. Prendre des pincettes, il ne connait pas. Il décortique chaque situation, d’où l’abondance de dialogues, et pourtant nous avons l’impression de lire un scénario.

De peur de tourner en rond dans mes arguments, je dirais juste qu’il s’agit d’un roman d’espionnage absurde à l’extrême (les noms des personnages sont délirants) et une bouffonnerie exquise !

Pour qui veut se détendre efficacement sans avoir peur des mots !

D’autres articles à lire: ICI, OU ICI, et encore LA.

Le site du dessinateur Henning Wagenbreth qui illustre quand même à merveille le travail d’Hilsenrath: ICIOrgasme-Moscou-Hilsenrath-Wagenbreth-2

Orgasme-Moscou-Hilsenrath-Wagenbreth-1

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Allemande

Tags:,

4 réponses

  1. Cet auteur ne me tente pas du tout, je pense qu’on n’est pas fait pour s’entendre. Mais j’adore le titre ^_^.

  2. Je viens de l’acheter, j’avais beaucoup aimé Fuck Américain et Le nazi et le barbier. Rien que l’objet livre en lui-même est un vrai plaisir à regarder !

    • N’oublions pas Le Retour au Pays de Jossel Wassermann. Tout le monde connait Hilsenrath par ces textes politiquement incorrects mais Le Retour au pays…. est un fabuleux témoignage sur les camps. L’écriture est différente, l’approche aussi et j’ai souvent eu l’impression de lire un tout autre auteur ! A découvrir également du coup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :