L’oubli

vintage daft punk5

Frederika Amalia Finkelstein avec L’OUBLI chez Gallimard

Parmi les premiers romans de cette rentrée littéraire notons le très particulier Frederika Amalia Finkelstein. Court, concis, écrit de manière parfois chaotique, L’oubli dépeint cette jeunesse parisienne où le Coca Cola, la musique électro et la geek attitude sont des piliers indéfectibles.

L’Oubli c’est cette jeune femme Alma qui navigue entre son monde parisien, la rue Hauteville, la place des Vosges et son « passé », les camps et la Shoah. Contraste surprenant, d’autant plus que cette jeune femme met en parallèle volontairement ou non, et de manière constante voire obsédante, cette dualité si prononcée.

Les phrases sont courtes comme à bout de souffle, ou pourquoi pas en quête d’air nouveau.

«Je m’appelle Alma et je n’ai pas connu la guerre. J’ai grandi en écoutant Daft Punk, en buvant du Coca-Cola et en jouant à des jeux vidéo sur la Playstation 2. Un jour, j’ai appris que mon grand-père avait fui la Pologne quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, avant la Shoah. Ce mot m’a longtemps agacée : son côté spectaculaire. Mais vendredi soir, quand je me suis retrouvée face à la petite-fille d’Adolf Eichmann et qu’elle n’arrivait pas à se remémorer le nom du camp d’Auschwitz, j’ai ressenti comme une douleur – elle a duré quelques secondes. Je me suis rappelé l’exergue de Si c’est un homme de Primo Levi : « N’oubliez pas que cela fut, non, ne l’oubliez pas » ; je crois que je veux faire exactement le contraire. Oublier tout.»

Et si l’Histoire ne s’était pas passée comme nous la connaissons, peut être n’en serions nous pas là aujourd’hui. Alma, divague, Alma rêve, Alma refait l’histoire mais surtout Alma s’interroge sur sa vie, sur le mensonge qu’elle a raconté en parlant de son grand-père mort à Buchenwald, sur ce que la Shoah représente pour elle. Cette obsession, parce qu’à ce niveau nous pouvons vraiment parler d’obsession, lui fait voir des morts partout mais dans quel but ?

Ce premier roman est plus qu’une perle, c’est une bombe. Une véritable grenade qui explose dans les airs, qui pique et s’attaque à celui qui osera l’attraper. J’ai été plus que surprise de lire un texte si alerte et efficace. Un texte qui fait réfléchir et qui dénote une sensibilité à toute épreuve, maitrisée et mature.

« Adolf Hitler a décidé du moment de sa mort. Nous lui avons permis de se suicider ; nous l’avons donc laissé gagner la partie : c’est un échec et mat. Adolf Hitler n’est pas mort, il n’a même pas disparu. S’il avait été supprimé par les alliés, Adolf Hitler aurait pu disparaître. Mais son suicide bouleverse l’histoire.

Le suicide d’Adolf Hitler n’est pas un détail : il est de la plus haute importance. Se suicider, ce n’est pas mourir. Se suicider, ce n’est pas disparaître. Se suicider : c’est effectuer un court-circuit. Adolf Hitler le savait, c’est la raison pour laquelle il s’est tiré une balle dans la bouche. Peut-être que si les alliés avaient tué Adolf Hitler avant qu’il se suicide, nous aurions gagné en 1945. Si Claus Von Stauffenberg avait réussi son attentat, alors nous aurions pu gagner la guerre.

NOUS AVONS PERDU
LA SECONDE GUERRE MONDIALE
PAR UN SUICIDE. »

Voici L’Oubli, premier roman d’une auteure en devenir !

Publicités


Catégories :LECTURES, Littérature Française

7 réponses

  1. Eh bien, voilà qui attise ma curiosité, pourtant j’ai eu peur, avant de lire l’extrait, de ces phrases brèves et concises … parfois elles n’apportent rien et ne sont que du vide.

    • Cependant, ce premier roman est précieux même si parfois à la limite du trop. Il pose les bonnes questions et montre bien que la littérature n’est pas perdue !

  2. Les premiers romans ont cette saveur particulière que j’aime beaucoup.

    • Nous sommes d’accord. Parler d’eux c’est les mettre dans la lumière, certains n’en ont d’ailleurs pas besoin mais j’aime découvrir de nouveaux talents !

  3. Ce billet et ces citations m’intriguent. Je vais peut-être me laisser tenter !

  4. Merci pour cette belle découverte, un plaisir de lecture, pas toujours facile, déroutante, interpellante, étonnante…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :